/news/currentevents
Navigation

Recours collectifs contre Uber Eats et DoorDash

Ils factureraient des frais surprises lors de la livraison

Coup d'oeil sur cet article

Deux demandes d’action collective québécoises ont été déposées lundi contre les entreprises de livraison Uber Eats et DoorDash en raison de frais-surprises facturés sur des commandes.

« Ce n’est pas normal que tu aies la surprise de voir des frais ajoutés au moment de passer à la caisse », dit Me Jimmy Lambert, l’avocat derrière le dossier.  

Fay Leung, une consommatrice de Longueuil, est la représentante des deux recours, qui ont été déposés au palais de justice de Montréal lundi.  

Repas

Elle y raconte utiliser régulièrement les applications mobiles de livraison de repas à domicile. Ces entreprises ont le vent dans les voiles en raison du confinement et de la fermeture des salles à manger de restaurants, selon plusieurs médias. 

Dans la requête, on reproche à Uber Eats de n’afficher nulle part les frais de livraison. Quant à DoorDash, ce sont plutôt des frais additionnels qui viennent s’ajouter, peut-on lire dans la requête.  

Par exemple, pour une commande chez McDonald’s, Mme Leung a acheté deux cafés et un smoothie au prix de 10,07 $. En plus des taxes, des frais de 2,40 $ ont été ajoutés, notamment parce que la commande était inférieure à 12 $.  

Dans les deux cas, le client peut se raviser juste avant de procéder au paiement.  

« Mais supposons que ça fait 10 minutes que tu regardes le menu, tu as sélectionné toute la commande, tu es rendu tellement loin dans le processus que tu finalises la transaction [même quand les frais ajoutés apparaissent] », illustre Me Lambert. 

Dédommagement

D’ailleurs, cette pratique contrevient à la Loi sur la protection du consommateur, qui exige que tous les frais soient affichés le plus tôt possible, à l’exception des taxes, explique l’avocat. Dans la requête, on demande donc le remboursement de ces frais additionnels ainsi que le versement de 100 $ par transaction en guise de dommages punitifs. 

De son côté, Uber indique vouloir analyser la demande avant de commenter. DoorDash n’a pas répondu à nos questions.


Les demandes d’action collective doivent encore être approuvées par un juge, mais les consommateurs concernés peuvent suivre leur évolution à www.lambertavocatinc.com/recours-collectif-ubereats