/news/currentevents
Navigation

Un rapport d’enquête externe sans consulter la mère des victimes

Émilie Arsenault n’a pas reçu les conclusions des enquêteurs non plus

Émilie Arsenault avec ses garçons.
Photo courtoisie Émilie Arsenault avec ses garçons.

Coup d'oeil sur cet article

La mère des deux jeunes enfants assassinés à Wendake en octobre dernier n’aurait jamais été contactée au cours de l’enquête externe exigée par le ministre Lionel Carmant au sujet des signalements faits à la DPJ.  

• À lire aussi: Drame de Wendake: le ministre Carmant souhaite une réforme de la DPJ

Selon son avocat, la mère, Émilie Arsenault, n’a pas reçu non plus les conclusions du rapport d’enquête déposé récemment. 

Le communiqué diffusé hlundi précise que le ministre Carmant et le PDG du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre, se sont rencontrés afin de discuter des constats retenus. Les deux parties souhaitent notamment un meilleur suivi des signalements. 

En raison de la confidentialité liée à la loi, les médias n’ont pas eu accès au rapport. Les demandes d’information au cabinet du ministre Carmant, ainsi qu’au CIUSSS, se sont avérées vaines. Le communiqué stipule que l’équipe qui reçoit les signalements à la DPJ devra « recevoir une formation spécifique » à cet égard.

Me Marc Bellemare, qui représente la mère des deux petites victimes, est renversé par « l’insensibilité » du gouvernement.

« Comme fiasco de communication, c’est dur à battre. Ils n’ont pas eu la décence de communiquer avec elle. Ils n’ont même pas pris le téléphone pour lui demander des informations et elle n’a pas eu le rapport », dénonce l’avocat. 

Besoin de transparence 

Ce dernier refuse de croire que la confidentialité de la loi a dicté cette manière de faire. « Ce n’est pas vrai qu’ils ne peuvent rien dire. On a besoin de transparence. Le ministre veut une réforme de la DPJ qui s’adresse aux enfants et aux parents du Québec, et on ne consulte pas la mère ! Le ministre Carmant me déçoit beaucoup », a ajouté Me Bellemare. 

Le ministre s’est effectivement engagé à réformer en profondeur la DPJ, de même que la Loi sur la protection de la jeunesse.

Dans cette triste affaire, Michaël Chicoine est accusé d’avoir enlevé la vie de ses deux enfants de 2 et 5 ans. 

L’accusé Chicoine s’est rendu de lui-même à la centrale de police du parc Victoria. Quelques heures plus tard, les policiers ont fait la terrible découverte à son domicile de Wendake. Chicoine était suivi pour des problèmes de santé mentale et la DPJ avait reçu des signalements concernant les enfants.