/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les Beatles versus Yoko Ono

Documentaire The Beatles
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Les fans des Beatles ont eu droit à un sacré cadeau de Noël. Enfin, une occasion de sourire en 2020 !

Peter Jackson (réalisateur-culte du Seigneur des anneaux) a sorti un montage de cinq minutes d’images inédites des Fab Four datant de 1969, un avant-goût de son documentaire qui sortira en 2021. (Une autre raison d’avoir hâte à l’année prochaine !)

Première constatation : c’est quand même hallucinant de se dire qu’il y a encore du matériel inédit, 56 heures d’images jamais vues et 150 heures d’enregistrements jamais entendus, sur le plus grand groupe du monde.

Deuxième constatation : Mon Dieu que l’omniprésence de Yoko Ono est absolument imbuvable, insupportable et détestable.

Dans le jeu « Où est Charlie ? », on doit trouver le bonhomme au chandail rayé et au petit bonnet rouge et blanc dans une image surchargée.

Mais, dans le cas d’Ono, on ne se demande jamais « Où est Yoko ? ». Elle est comme Dieu, dans Le petit catéchisme : elle est partout !

TOUCHE PAS À MA BULLE

Quand j’ai visionné ces cinq minutes d’images inédites (qui gisaient dans les archives de Michael Lindsay-Hogg, qui a fait le documentaire de 1970 Let It Be), j’étais partagée entre deux sentiments. D’un côté j’étais soufflée par les sourires de John, Paul, George et Ringo, par leur camaraderie, leurs pitreries, leur bonheur de faire de la musique ensemble.

De l’autre côté, j’étais exaspérée par la présence insistante de Yoko Ono (qui allait épouser John Lennon un an plus tard). Misère, elle est tout le temps dans le champ de la caméra !

Assise sur une chaise à un mètre de John Lennon, elle s’immisce tellement dans la bulle des musiciens qu’on en ressent un immense malaise. Assise sur le sol du studio d’enregistrement, elle est à quelques centimètres seulement de Paul McCartney.

Les quatre Beatles sont en régie pour écouter les enregistrements ? Yoko est là parmi eux, comme si elle était la cinquième Beatle !

Ils sont sur le toit d’Apple Corps sur Savile Row pour leur fameuse dernière prestation en groupe ? Yoko est dans leur champ de vision. Coudonc, elle n’a pas eu le mémo que c’était les Fab Four, pas les Fab Five ?

Paul et John font une petite danse improvisée ? Yoko est à deux millimètres de leurs visages.

C’est étouffant, envahissant et agaçant.

John joue de la guitare ? Yoko s’est tiré une bûche à sa gauche. John chante ? Yoko se plante devant son micro. Coudonc, ce n’est pas une blonde, c’est une surveillante !

Ça ne dure que cinq minutes, et j’en avais marre : imaginez 56 heures !

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

PAS DE YOKOMANIA

Je ne sais pas si Yoko Ono est responsable de la dissolution des Beatles comme plusieurs le prétendent. Mais, si ces quelques minutes d’archives nous font à ce point-là grincer des dents quand on n’est que des spectateurs, imaginez ce que ça devait être pour Paul, George et Ringo !

En 1980, John Lennon a affirmé que Paul McCartney regardait tout le temps Yoko Ono en studio quand il chantait les paroles de « Get Back ».

On le comprend, nous aussi on aurait eu envie de lui dire : « Get back to where you once belonged ».