/news/society
Navigation

Un ancien hacker au service des jeunes

Il distribue des ordinateurs portables à des adolescents qui sortent des centres jeunesse

GEN-M. Robert Massé va faire un don d'ordinateurs aux centre jeunesse de la Montérégie
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Robert Masse livre ses ordinateurs à Suzie Roy, DG de la Fondation du Centre jeunesse de la Montérégie.

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien hacker devenu un des plus grands experts en cybersécurité à Montréal distribue gratuitement des ordinateurs pour les aider à entreprendre des études.

Robert Masse est né dans une famille modeste de Brossard. En 1979, il avait cinq ans quand son père a investi ses maigres économies dans un Apple II+, l’un des tout premiers ordinateurs personnels, arrivés deux ans plus tôt sur le marché.

En grandissant, Robert Masse est petit à petit devenu l’un des premiers hackers. Dans les années 1980, il utilisait déjà l’ancêtre d’internet, le réseau X.25, pour se connecter à distance sur des serveurs, où il volait des jeux vidéo.

En 1990, les choses ont mal tourné. À 15 ans, il avait réussi à pénétrer des réseaux de banques, de compagnies de télécommunications... et même le réseau informatique de l’URSS !

« On était une gang de jeunes à l’international qui faisions ça pour le fun, relate-t-il. Juste pour fouiller, pas pour causer des dommages. Dans ma tête, ce que je faisais, c’était pas grave. »

La GRC débarque

Ce qu’il ne réalisait pas, c’est qu’il forçait ces entreprises à dépenser des fortunes en enquêtes de sécurité pour comprendre ce qui s’était passé !

« Éventuellement, la Gendarmerie royale du Canada en a eu assez et il y a eu descente chez moi », se souvient Robert Masse.

Plutôt que de l’accuser, l’école de police l’a toutefois invité à faire des présentations à ses agents.

« Je manquais l’école pour ça ! s’esclaffe-t-il. C’était moins pour expliquer des techniques que pour parler de la psychologie. Pour eux, c’était intéressant de comprendre pourquoi des jeunes faisaient ça. »

Robert Masse était passé du bon côté.

« Dans ma carrière, on m’a demandé de pirater des avions, des centrales nucléaires, des usines, certains groupes de police... » dit-il. 

Depuis six ans, il est associé chez Deloitte, en tant que leader national en cybersécurité. Robert Masse siège aussi au conseil d’administration de l’américaine Hewlett Packard. 

Comme sa carrière n’aurait pas été possible sans ordinateurs, il demande de recevoir sa rémunération en portables pour en faire don à des jeunes.

Il vient d’en remettre six à la Fondation du Centre jeunesse de la Montérégie. 

Dans le cadre de son programme CLÉ, elle offre des bourses – et maintenant quelques ordinateurs – à des jeunes devenus adultes qui veulent suivre une formation professionnelle, collégiale ou universitaire.

Des raccrocheurs

« On a plusieurs jeunes qui ont décroché des diplômes professionnels, techniques ou des baccalauréats, dit la directrice générale de la Fondation, Suzie Roy. On en a même une qui fait un doctorat en psychologie ! »

En 2020, bien sûr, tous ces étudiants ont besoin d’ordinateurs. 

« Les six prochains qui n’en auront pas, on va les leur donner », dit la directrice.

Robert Masse a toujours deux ordinateurs à donner. Idéalement, il aimerait les confier à des jeunes intéressés par une carrière en cybersécurité.


Si vous connaissez un jeune d’un milieu défavorisé qui a besoin d’un ordinateur pour faire partie de la prochaine génération d’experts en cybersécurité, vous pouvez joindre Robert Masse à Qclaptop@protonmail.com.