/sports/opinion/columnists
Navigation

De vraies prouesses pour Sépaq Anticosti, et plus

XXXX
Photo courtoisie, Karl Tremblay En mars dernier, alors que la pandémie débutait, un de mes meilleurs amis, qui partageait l’amour de la nature depuis plus de 35 ans, est décédé subitement. Adolfo Bernardo, bien connu dans le monde de la restauration, était un ami fidèle, toujours capable d’aider, et un être humain extraordinaire. Il est ce genre d’ami que l’on peut compter sur les doigts d’une seule main. Nous avons possédé ensemble un camp de pêche durant plus de 30 ans. Mes aventures de pêche ont été bien vides sans toi en 2020, mon ami Adolfo.

Coup d'oeil sur cet article

Réussir à accueillir des milliers de villégiateurs et de chasseurs en temps de pandémie sans nuire à leurs expériences, dans ce site naturel exceptionnel, tout en les protégeant dans le respect des mesures sanitaires, c’est le tour de force qu’a réussi Sépaq Anticosti en 2020.

« Je crois que nous venons de vivre une saison difficile pour tout le personnel d’Anticosti, qui a tout donné pour permettre aux amateurs de plein air et de chasse de vivre leurs séjours en toute sécurité », d’expliquer le directeur, M. Robin Plante. « Sans leur aide, nous n’aurions jamais pu y arriver. »

En plus des mesures standards de la Santé publique, à savoir installation de plexiglas, distanciation physique, port du masque et lavage des mains, les employés ont dû se retrousser les manches pour assurer la sécurité des clients venant chasser sur l’île.

Ainsi, il y avait des ménages plus fréquents, des nettoyages de surfaces plusieurs fois par jour, des surveillances plus rigoureuses pour l’application des mesures en tout temps. Plusieurs méthodes de désinfection préventives dans les chalets et les pavillons à l’aide de brumisateurs et de produits spécialisés ont permis de prévenir la propagation de la COVID-19. 

Aussi, la direction de Sépaq Anticosti a mis en place des mesures supplémentaires, comme la location de plusieurs camions afin d’éviter que des chasseurs provenant de toutes les régions du Québec ne fassent le trajet entre l’aéroport jusqu’au chalet ou au pavillon avec le même véhicule que les guides. Ainsi, tous les guides ont été protégés, limitant ainsi toute propagation du virus. 

Pour être certain qu’il n’y aurait pas de contacts, on avait mis sur pied tout un système qui faisait en sorte qu’une fois descendu de l’avion, le chasseur n’allait pas chercher son permis, ne se rendait pas à la coopérative ou encore à l’auberge de Port-Menier. 

Tout avait été organisé, y compris les commandes faites à l’avance par une équipe de cinq personnes dédiées à la Coopérative du village. Finalement, aussitôt descendu de l’avion, vous preniez le chemin de votre secteur sans aucun contact. De cette manière, les chasseurs, les employés et les résidents de l’île, tout le monde était protégé. Il n’y a pas eu d’éclosion en rapport avec l’opération de chasse. Toute l’équipe de Sépaq Anticosti a de quoi être fière.

Dans tous les réseaux d’activités reliées à la faune, on a agi de la sorte.

Pour les réserves fauniques, rien n’a été ménagé pour assurer la protection des employés et des visiteurs.

RÉSERVES, POURVOIRIES ET ZECS

Même chose du côté des pourvoiries du Québec. Ces aubergistes de la forêt ont tout mis en place pour respecter les normes et offrir des séjours sécuritaires. 

Lors de mes reportages de l’été dernier, je me suis rendu chez certains pourvoyeurs qui offraient le service en plan américain, incluant les repas. Les uns avaient des salles à manger assez grandes pour permettre un réaménagement rendant possibles les services, alors que les autres avaient décidé de plutôt livrer les repas au chalet. Ils ont fait preuve de débrouillardise et d’un grand professionnalisme pour offrir leurs activités en toute sécurité.

Du côté des zecs, encore là, tous les intervenants qui devaient entrer en contact avec le public avaient reçu une formation pour mettre en place les mesures sanitaires demandées par la Santé publique.

Chapeau au monde de la faune pour cette performance extraordinaire en temps de pandémie. Nul doute que les prochains mois de repos seront très appréciés. 

En bref   

  • Les Pourvoyeurs généreux de la Mauricie reviennent en force pour répandre du bonheur juste à temps pour les Fêtes. Ils ont décidé de créer un concours, en partenariat avec les magasins Latulippe, permettant à 11 familles de mettre la main sur l’un des 11 forfaits vacances-famille offerts par l’une des 11 pourvoiries participantes ainsi qu’une carte-cadeau Latulippe de 100 $. La valeur totale des prix est de 8600 $. Pour en savoir plus : wwww.enmauriciecamordici.com.  
  • Les inscriptions aux différents tirages au sort de séjours de chasse au gros gibier en vue de l’automne prochain dans les réserves fauniques et à Sépaq Anticosti sont présentement en cours. Jusqu’au 17 janvier prochain, vous pouvez tenter votre chance de gagner le droit de premier choix pour un séjour dans le territoire de votre choix. Nouveaux hébergements, expérience en ligne bonifiée, plusieurs services aux chasseurs ajoutés gratuitement, autant de nouveautés mises à votre disposition. Si jamais la pandémie était toujours là, des mesures sanitaires sécuritaires seront appliquées. Pour vous inscrire ou en savoir plus : www.sepaq.com/tirages.  
  • Pour la première fois de son histoire, la Corporation de développement économique et touristique de L’Isle-Verte met à la disposition deux cabanes en location pour les amateurs de pêche blanche qui voudraient récolter de l’éperlan. Ces cabanes, pouvant accueillir six pêcheurs, sont chauffées. Le matériel de pêche est fourni et l’accès est gratuit pour les enfants de 12 ans et moins. Vous pouvez dès maintenant réserver en ligne à : www.pecheisleverte.com.  
  • Le premier encan en ligne de la fondation Héritage Faune a permis de récolter 58 000 $ en argent. Ces fonds iront aux populaires bourses Relève qui servent à soutenir les organisations qui tiennent des activités d’initiation à la chasse et à la pêche ainsi que des projets d’aménagements. Pour renseignements : www.fedecp.com/la-fondation/heritage-faune/.  
  • La date butoir pour présenter une demande d’aide pour le soutien d’activités d’initiation à la pêche auprès de la Fondation de la faune, dans le cadre du programme Pêche en herbe, a été fixée au 15 janvier prochain. Pour tout savoir : www.fondationdelafaune.qc.ca.