/sports/opinion/columnists
Navigation

Des activités plaisantes pour le temps des Fêtes

Vous trouverez de nombreuses idées dans ce texte pour occuper vos temps libres à venir. Joyeuses Fêtes à tous !
Photo courtoisie Vous trouverez de nombreuses idées dans ce texte pour occuper vos temps libres à venir. Joyeuses Fêtes à tous !

Coup d'oeil sur cet article

Il existe de nombreux moyens pour vous aider à vous changer les idées et à vous ressourcer durant vos journées de répit à venir.

Voici quelques suggestions qui pourraient s’avérer fort intéressantes et amusantes pour tous les membres de votre famille. 

Colletage de lièvres

Il est fort plaisant de se rendre à pied ou en raquette dans un boisé afin de récolter la succulente chair de lièvres. Cette activité sera encore plus agréable si vous demandez à un futur chasseur de vous accompagner et que vous prenez soin de lui expliquer les techniques appropriées. Aucun doute qu’il sera très heureux et impatient de retourner voir, par la suite, si les stratagèmes mis en place étaient gagnants. Le superviseur doit être détenteur d’un permis de petit gibier. L’adepte n’a besoin que de fil de laiton, qu’il est possible de se procurer pour quelques dollars à peine, et d’une paire de pinces équipée d’une portion tranchante.

Le plaisir débute à la maison dans la confection des collets. Coupez votre broche de laiton en section de 50 cm (20 pouces) de longueur. Faites une petite boucle double, puis enroulez l’excédent en lui faisant faire cinq ou six torsades de façon à former un lasso qui pourra se resserrer facilement. Une fois sur le terrain, tentez de repérer des sentiers empruntés à répétition par ces petits animaux à fourrure. La boucle doit être positionnée à environ 6 à 8 cm (2 1⁄2 à 3 1⁄2 pouces) du sol. Une gibecière ou un sac à dos sera bien pratique pour transporter vos captures. 

Chasse au petit gibier

Pour la gélinotte huppée et le tétras de savane, il ne reste que quelques semaines pour tenter de les attraper, soit jusqu’au 15 janvier. Bien que la plupart des amateurs se déplacent sur les voies carrossables à bord d’une camionnette, d’un VTT ou même d’une motoneige pour les dénicher, sachez que vous pouvez aussi exploiter, à pied, la proximité des ruisseaux bordés d’aulnage, les dépressions de terrain, les concentrations de petits bouleaux, les lisières, les clairières, etc. Les réserves fauniques Ashuapmushuan, La Vérendrye, Mastigouche, Portneuf et Laurentides sont d’excellents endroits pour ce type de chasse.

Ce grand coureur qu’est le lièvre d’Amérique peut atteindre des vitesses de pointe de 45 km/h. Il préfère les sites où il y a de jeunes conifères, des plantations, des repousses, des anciens brûlés où il y a des framboisiers, des broussailles, des marais, des marécages, etc.

Le nombre de traces laissées dans la neige vous indiquera si l’endroit ciblé est giboyeux ou non. Une des meilleures approches consiste à faire des battues avec trois, quatre ou même cinq passionnés. Il faut former une ligne bien droite et avancer de façon à ratisser tous les emplacements potentiellement productifs.

Suivez toujours les règles de sécurité et de prudence enseignées pour l’obtention de votre certificat de chasseur. Si vous êtes accompagné d’autres fervents, ne vous gênez pas pour leur rappeler que leur arme doit être en tout temps sur le cran de sûreté. Cette chasse est permise jusqu’au 31 mars dans la plupart des zones.

Des fusils comme le .410, le 20 et le 28 sont tout indiqués pour ces petites chasses, tout comme les calibres 12 avec des charges minimales. La carabine .22 et les armes à air comprimé, offrant une vélocité supérieure à 500 pieds/seconde, sont aussi permises, tout comme les poudres noires, l’arc et l’arbalète.

Vous trouverez de nombreuses idées dans ce texte pour occuper vos temps libres à venir. Joyeuses Fêtes à tous !
Photo courtoisie

Chasse à la corneille

La corneille, à ne pas confondre avec le corbeau, est un des gibiers à plumes parmi les plus difficiles à leurrer. Il est primordial de se fondre dans le décor et de bouger le moins possible. Des habits blancs sont conseillés pour ne pas vous faire apercevoir par ces oiseaux à la vue perçante. Vous pouvez aussi vous dissimuler sous un drap, au besoin. L’utilisation d’appelants imitant leurs semblables les attirera inévitablement.

Comme les corneilles sont très bavardes, retenez qu’un appeau à bouche ou électronique les mettra en confiance afin qu’elles viennent à proximité de tir. La majorité des adeptes se servent du bon vieux calibre .12 avec des billes de grosseur 4 à 7 1⁄2 pour les intercepter. La saison se terminera le 30 avril.

Initiation au maniement des armes

Au Québec, pour chasser avec une arbalète ou un arc, un jeune de 12 à 15 ans doit être accompagné. Pour chasser avec une arme à feu, il doit être âgé de 12 à 17 ans et être accompagné.

Durant les vacances du temps des Fêtes, il n’y a rien qui empêche un adulte d’initier les plus jeunes au tir de façon hyper sécuritaire et encadrée, et selon les règles de l’art. Il ne faut évidemment pas les brusquer. Ce n’est vraiment pas une bonne idée de laisser un enfant de petite stature appuyer sur la gâchette d’un puissant fusil ou d’une carabine de gros calibre. Il risque de se blesser et d’être apeuré par la suite.

Commencez par leur faire découvrir les facettes de sécurité, puis le maniement. Faites-leur ensuite expérimenter le tir à la carabine à plomb ou à la .22. Ce genre de souvenir restera gravé à tout jamais dans leur mémoire.      

Tir de précision

Si vous êtes accompagné de jeunes, lorsque la phase d’apprentissage du maniement sera terminée, il peut être très amusant et stimulant de les convier à une compétition amicale de tir sur cible, que ce soit avec une fronde, un arc, une arbalète, un pellet, une .22, etc. 

Par ailleurs, si vous êtes un fervent, pourquoi ne pas profiter du grand air pour aller faire quelques séances de tir en toute sécurité ?

Cela vous permettra de vous familiariser encore plus avec le fonctionnement de votre carabine et de peaufiner votre niveau de précision. Sortez de votre zone de confort et tentez d’atteindre l’objectif à des distances de 300, 400 et même de 500 verges. Vous retrouverez plusieurs trucs et astuces sur internet qui vous aideront à coup sûr.

Tir au pigeon d’argile

Lorsque la météo est clémente, il est vraiment agréable d’aller tirer des disques volants. La plupart des adeptes se servent d’un calibre .12 avec une charge de billes de 1 1/8 once, de taille 7 1⁄2 ou 8 ou d’un .20 avec une charge de 7/8 d’once et 2 1⁄2 drams pour les intercepter en vol. Il est alors impératif de protéger votre vision et votre audition.

Il est possible de se procurer des caisses contenant 135 pigeons pour environ 20 $. Il ne manque plus qu’un lanceur manuel standard, un Super Sport, avec déclencheur à corde, ou un système encore plus automatisé pour les catapulter dans les cieux. Au moment crucial, gardez votre arme en mouvement avec les yeux fixés sur le pigeon. Votre fusil se balancera naturellement à chaque coup. N’oubliez pas de suivre la cible tête baissée et de maintenir votre poids sur le pied avant.

Initiation au rechargement

L’adepte de précision qui souhaite améliorer ses performances au tir à la carabine aurait intérêt à en apprendre davantage sur le rechargement de ses munitions. Il suffit d’acquérir une presse et l’outillage nécessaire pour y arriver et même de développer vos propres amalgames et de les reproduire de façon uniforme.

Vous pouvez alors espérer assembler des munitions qui vous permettront d’obtenir un groupement beaucoup plus serré et une vélocité constante.

Les gens qui s’intéressent à cette activité aiment être en mesure de procéder à de nombreuses expérimentations et de pouvoir évaluer les résultats peu de temps après.

Ils choisissent un certain type d’amorce, une poudre performante et un boulet qui voyage bien et qui se marie à perfection avec les autres composantes. Vous trouverez une impressionnante gamme de recettes sur le web.

Succulente recette 

Pour vous aider à mettre vos venaisons en valeur dans le temps des Fêtes, voici une recette de Jean-Antoine Bayle, adjoint de direction et de restauration à la Seigneurie du Triton

Lièvre à la royale

Vous trouverez de nombreuses idées dans ce texte pour occuper vos temps libres à venir. Joyeuses Fêtes à tous !
Photo courtoisie

Normalement pour une grosse tablée de 10 personnes. Vous pouvez toutefois subdiviser le tout pour obtenir de plus petites portions.

◆ Ingrédients 

  • 3 lièvres 
  • 5 échalotes 
  • 2 lobes de foie gras 
  • Cognac   
  • 500 g de gorge de porc  
  • 4 tranches de pain de mie 
  • 500 g de jus de gibier  
  • Poudre genièvre et baies   
  • 400 g de champignons (cèpes, Paris...) 
  • 3 litres de vin rouge 
  • 1 tête d’ail  
  • Sel/Poivre   
  • Garniture aromatique  
  • Farine    

◆ Préparation 

  1. Dénervez foie gras, taillez un cylindre de 4 cm et filmez. Cuire 10 min à la vapeur à 75 degrés. 
  2. Désossez les lièvres. Détendez les chairs des cuisses en les incisant. Étalez les cuisses entre deux papiers et aplanissez-les. Assaisonnez et laissez reposer 12 h. 
  3. Faites une duxelles avec les champignons. Taillez les pains de mie en cubes. Torréfiez les baies de genièvre 3 minutes à 180 degrés Celsius, laissez refroidir et mélangez au robot. 
  4. Jus de lièvre : marinez les carcasses au vin rouge avec la garniture aromatique pendant 1 h. Égouttez, colorez, ajoutez beurre et farine. Cuire au four. 
  5. Débarrassez et déglacez avec le vin rouge la marinade déjà réduite de 1/3. 
  6. Rassemblez le tout et faites cuire 4 heures. Puis, liez au sang et montez au foie gras. 
  7. Pour la farce, hachez la moitié des chairs de lièvre avec la moitié de gorge de porc. Imbibez le pain de mie avec le jus de gibier. Ajoutez la brunoise de foie gras, brunoise de lièvre, échalotes confites, cognac, sel, poivre et poudre de genièvre. Laissez reposer 12 h. 
  8. Roulez le lièvre avec la farce et le cylindre de foie gras au centre, puis enveloppez-les dans du film plastique. Faites cuire les rouleaux 12 h à 62 degrés Celsius sous vide.