/lifestyle/family
Navigation

Trois jeux pour la pause café

Coup d'oeil sur cet article

Il y a des éditeurs qui font bien les choses et on peut dire que la firme française Lumberjacks coche toutes les cases avec sa petite collection Coffee Break.

Celle-ci regroupe trois jeux dans des boîtes similaires et fonctionnelles dans lesquelles on retrouve un petit jeu qui pourrait très bien en être un gros.

L’idée derrière ça est de proposer trois jeux assez rapides qui pourraient se jouer pendant la pause café, selon la durée de celle-ci.

Mais on offre surtout trois jeux bien aboutis, simples d’approche et qui vont combler trois envies différentes. 

Monster Café  

Photo courtoisie
  • 2 à 5 joueurs 
  • 8 ans + 
  • 15 minutes  

Vous fréquentez le Monster Café, établissement situé dans un coin reculé et secret où l’on sert, dit-on, les meilleurs cafés qui soient. 

Avant de commencer la partie, on sélectionne cinq familles de monstres parmi les huit disponibles, c’est avec celles-ci que vous allez jouer et cela fait en sorte que chaque partie aura une configuration un peu différente puisque chaque monstre interagit à sa propre façon.

Chaque joueur recevra dix cartes monstre, en disposera sept face visible et trois face cachée. À son tour, un joueur va jouer une carte monstre face visible, qu’elle soit devant lui ou devant un autre joueur, et en appliquera l’effet.

On procède comme ça jusqu’à ce que tout le monde n’ait plus que trois cartes face visible devant lui. 

Photo courtoisie

L’objectif à travers tout ça est d’amasser des jetons café pour être celui qui en aura le plus à la fin des deux manches de jeu.

Mais voilà, Monster Café est un jeu de majorité génial parce que les joueurs vont non seulement gagner des jetons selon les cartes jouées au fil des deux manches, mais aussi selon les cartes qui se trouveront au centre de la table à la fin de chacune des deux manches.

C’est à ce moment que les joueurs vont dévoiler leurs trois cartes cachées et c’est à partir de celles-ci, qui compteront pour deux, et des trois autres qui se trouvent devent eux qu’on va calculer la majorité.

Le joueur qui aura le plus de monstres d’une même famille va gagner autant de jetons café qu’il y a de cartes de cette famille au centre de la table.

Il y a quelque chose de très futé et calculatoire dans ce jeu fort simple qui s’apprend très rapidement et dont les parties peuvent s’enchaîner facilement. 

Gold River 

Photo courtoisie
  • 2 à 5 joueurs 
  • 8 ans + 
  • 35 minutes  

Il s’agit d’un des premiers jeux de Bruno Cathala, créé en collaboration avec Bruno Faiduttti, qui a été actualisé notamment pour ajouter une variante à deux joueurs.

Vous êtes des aventuriers qui participent à la ruée vers l’or et votre objectif est de mettre la main sur les meilleurs filons lors de ventes aux enchères pour ensuite tenter de les faire produire en lançant les dés.

On commence le jeu en piochant autant de cartes qu’il y a de joueurs, plus une carte. Celles-ci sont disposées au centre de la table et les joueurs vont participer à une enchère qui se terminera quand tous les joueurs, sauf un, auront passé.

Le gagnant de l’enchère verse la totalité de sa mise au joueur à sa droite qui en garde la moitié et remet le reste au joueur à sa droite et ainsi de suite.

Photo courtoisie

Le gagnant choisit une carte et en défausse une autre et on part en sens inverse pour le choix des cartes restantes.

Les concessions sont regroupées en cinq familles (villes) de couleur différente et dès qu’un joueur en possède deux d’une même ville, il en devient le maire, mais attention, il est possible d’être destitué par un autre joueur qui deviendra majoritaire dans la même ville.

S’ajoutent à ça des cartes qui peuvent sérieusement brouiller les cartes et remettre tout en cause, ce qui ajoute de nombreux rebondissements.

À la fin de la partie, les joueurs comptent les pépites d’or en leur possession de même que celles qui se trouvent sur leurs concessions et y ajoutent les points des cartes maire. Le joueur qui a le plus de points l’emporte dans ce jeu très malin où on peut faire des coups pendables aux autres joueurs, ce qui ajoute au plaisir. 

Magic Rabbit  

Photo courtoisie
  • 1 à 4 joueurs 
  • 8 ans + 
  • 2 min 30 s  

Il s’agit du plus rapide des trois. Dans Magic Rabbit, vous êtes des magiciens dont l’objectif est de coopérer afin de mettre des chapeaux dans l’ordre croissant tout en plaçant chaque lapin sous le chapeau correspondant. Et tout ça doit se faire dans le silence, vos talents pour la communication non verbale seront donc mis à l’épreuve. Le principe est simple. Il y a des tuiles lapin qui sont mélangées et disposées dans une ligne face cachée. On mélange ensuite les tuiles chapeau qui sont déposées aléatoirement face visible sur les tuiles lapins. À travers ça, on ajoute un nombre variable de tuiles colombe selon le nombre de joueurs.

Photo courtoisie

À son tour, le joueur pourra soit soulever une pile pour regarder le lapin, pour autant qu’il n’y ait pas de colombe sur cette pile, il pourra aussi intervertir deux chapeaux ou deux piles.

Les joueurs jouent chacun leur tour ainsi et tentent de remettre tout ça dans l’ordre sans communiquer et un sablier calibré à deux minutes et trente secondes vient ajouter une couche de pression.

Une fois le premier défi réussi, vous pourrez ouvrir une des enveloppes qui comportent de nouveaux exercices. Bref, le jeu évolue en difficulté, ce qui est toujours un gros plus.

Un jeu vraiment joli à jouer en famille ou même entre amis quand on le pourra.