/sports/hockey
Navigation

Un Mondial à l’ère covidienne

SPO-CANADA VS SWITZERLAND
Photo d'archives, Agence QMI En date d’hier, les 10 formations inscrites au Mondial junior étaient en voie de prendre part au tournoi 2021, qui se déroulera à huis clos à Edmonton.

Coup d'oeil sur cet article

Il semble que la Fédération de hockey sur glace (FIHG) et Hockey Canada aient remporté leur pari de tenir le Championnat mondial de hockey junior à huis clos, en pleine pandémie. Mais ça ne s’est pas fait sans embûches.

• À lire aussi: Contexte différent, même objectif pour Équipe Canada junior

Demain, le Mondial se mettra officiellement en branle avec trois rencontres, soit celles entre la Slovaquie et la Suisse, la Finlande et l’Allemagne, puis les États-Unis et la Russie.

Il va sans dire que de réussir à attirer des contingents de 40 personnes, joueurs inclus, venant de dix pays, dont huit de l’Europe, est un important tour de force.

À la plus récente mise à jour de la Fédération, lundi, 3640 tests avaient été réalisés à l’intérieur de la bulle d’Edmonton et, de ce nombre, 11 s’étaient avérés positifs : huit joueurs et un membre du personnel de l’équipe allemande, ainsi que deux employés de la formation suédoise.

ABSENTS

La Fédération allemande a révélé le nom des huit joueurs touchés, hier, et elle a heureusement été épargnée puisque ses deux meilleurs éléments, Tim Stützle et JJ Peterka, ne font pas partie de la liste, qui compte Florian Bugl, Maksymilian Szuber, Lucas Flade, Joshua Samanski, Niklas Länger, Markus Schweiger, Jan Nijenhuis et Filip Reisnecker.

La quarantaine de l’équipe allemande se termine aujourd’hui et, selon les informations dévoilées par la Fédération hier, il sera possible pour les huit joueurs de réintégrer le tournoi une fois qu’ils auront suivi le protocole sanitaire strict de la FIHG. 

L’Allemagne peut s’estimer chanceuse, même si elle entamera vraisemblablement le tournoi avec seulement 15 joueurs et deux gardiens de but, puisque plusieurs formations ont dû laisser de côté des éléments importants avant d’entrer dans la bulle d’Edmonton le 13 décembre, en raison de tests positifs à la COVID-19.

Un règlement de la FIHG stipulait que tout cas positif déclaré au-delà de la date du 29 novembre était automatiquement retourné à la maison. Cette règle semble avoir changé depuis l’arrivée des équipes sur le site du tournoi, mais la FIHG n’a jamais répondu à nos questions à ce sujet.

Il faut dire toutefois que l’Allemagne n’avait pas été épargnée, perdant les services de l’un de ses meilleurs attaquants, Lukas Reichel, un choix de première ronde des Blackhawks de Chicago avant la compétition. Les Américains John Beecher et Thomas Bordeleau ont aussi fait partie des joueurs pour qui le rêve a pris fin en raison de la COVID-19. Dans le cas de Bordeleau, il a été contraint de se retirer puisqu’il avait été en contact direct avec Beecher (ils étaient cochambreurs), qui a reçu un diagnostic positif à quelques heures de l’entrée dans la bulle.

Pourquoi Bordeleau a-t-il été écarté alors que, quelques jours plus tard, les huit joueurs qui ont été déclarés positifs ont obtenu la permission de se placer en quarantaine et, vraisemblablement, de prendre part au tournoi ? Une autre question qui est demeurée sans réponse parce que la FIHG refuse u comité organisateur afin d’éclaircir la situation.

TOURNOI RELEVÉ

Il n’en reste pas moins que le tournoi aura lieu, à partir de demain, sans spectateurs et dans des mesures sanitaires strictes basées sur celles imposées par la Ligue nationale de hockey lors des dernières séries éliminatoires.

D’ailleurs, grâce à la LNH et à son début de saison tardif, la compétition s’annonce fort relevée puisque tous les meilleurs joueurs de moins de 20 ans, à l’exception de ceux qui ont été déclarés positifs à la COVID-19 et d’une poignée de joueurs qui n’ont pas été prêtés par leur équipe de la LNH (Jack Hughes, Kaapo Kakko et Alexis Lafrenière), seront à Edmonton.

Même s’il sera disputé dans des circonstances inédites, le Mondial junior 2021 risque d’être l’un des plus compétitifs des dernières années.

Noël n’aura rien de normal cette année, mais, au moins, les ama-teurs de hockey pourront re-nouer avec la tradition du Mondial junior. 

3 endroits clés   

SPO-CANADA VS SWITZERLAND
Photos d'archives

Inspiré par l’expérience de la Ligue nationale de hockey lors des dernières séries éliminatoires, la Fédération internationale de hockey sur glace et Hockey Canada ont mis en place un protocole strict à l’intérieur de la bulle d’Edmonton afin d’assurer la sécurité des 10 formations inscrites au Championnat mondial de hockey junior cette année. Le Journal, tout comme la majorité des médias dans le monde, suivra le tournoi à distance en raison de ces mesures. Tentons tout de même de faire une incursion à l’intérieur de la bulle et de comprendre la réalité d’Équipe Canada junior et des autres équipes, pour le tournoi qui débute demain. 


LES MESURES DANS LA BULLE  

  • Masque obligatoire en tout temps   
  • Prise de température obligatoire à l’hôtel avant de se diriger vers l’aréna   
  • Test quotidien de COVID-19 à l’arrivée à l’amphithéâtre   
  • Déplacements dans la bulle suivis en tout temps par le biais d’un bracelet utilisant la technologie TraceSafe       

Horaire du tournoi    

25 DÉCEMBRE  

  • Suisse c. Slovaquie | 14 h   
  • Finlande c. Allemagne | 18 h  
  • États-Unis c. Russie | 21 h 30   

26 DÉCEMBRE  

  • Rép. tchèque c. Suède | 14 h  
  • Canada c. Allemagne | 18 h   
  • Autriche c. États-Unis | 21 h 30   

27 DÉCEMBRE  

  • Suisse c. Finlande | 14 h   
  • Canada c. Slovaquie | 18 h   
  • Russie c. Rép. tchèque | 21 h 30   

28 DÉCEMBRE  

  • Suède c. Autriche | 18 h   
  • Allemagne c. Slovaquie | 21 h 30   

29 DÉCEMBRE  

  • Rép. tchèque c. États-Unis | 14 h   
  • Suisse c. Canada | 18 h   
  • Russie c. Autriche | 21 h 30    

30 DÉCEMBRE  

  • Slovaquie c. Finlande | 14 h   
  • Allemagne c. Suisse | 18 h   
  • Suède c. Russie | 21 h 30    

31 DÉCEMBRE  

  • Autriche c. Rép. tchèque | 14 h   
  • Finlande c. Canada | 18 h   
  • États-Unis c. Suède | 21 h 30   

2 JANVIER  

  • Quart de finale 1 | 12 h   
  • Quart de finale 2 | 15 h 30   
  • Quart de finale 3 | 19 h   
  • Quart de finale 4 | 22 h 30    

4 JANVIER  

  • Demi-finale 1 | 18 h   
  • Demi-finale 2 | 21 h 30   

5 JANVIER  

  • Match pour le bronze | 17 h 3 0   
  • Match pour l’or | 21 h 30    

Les forces en présence   

CANADA

Bowen Byram
Photo courtoisie
Bowen Byram
  • Résultat en 2020 : Médaille d’or   
  • Entraîneur-chef : André Tourigny   
  • Joueurs à surveiller : Kirby Dach (A) Bowen Byram (D), Dylan Cozens (A), Connor McMichael (A)       

Le Canada tentera de remporter deux médailles d’or de suite pour la première fois depuis sa séquence de cinq titres entre 2005 et 2009. Sur papier, la troupe dirigée par André Tourigny a tout d’une équipe championne et sera menée non seulement par six joueurs qui ont vécu le sacre de l’an dernier, mais aussi par Kirby Dach, que les Blackhawks de Chicago ont accepté de prêter pour le tournoi. ÉCJ doit maintenant espérer que la blessure qu’il a subie hier soir contre les Russes n’est pas sérieuse.


RUSSIE

Vasily Podkolzin
Photo d'archives, Agence QMI
Vasily Podkolzin
  • Résultat en 2020 : Médaille d’argent   
  • Entraîneur-chef : Igor Larionov   
  • Joueurs à surveiller : Vasily Podkolzin (A), Yaroslav Askarov (G), Rodion Amirov (A), Shakir Mukhamadullin (D)       

La formation russe entre dans une nouvelle ère puisque l’entraîneur du programme des moins de 20 ans depuis 2004-2005, Valeri Bragin, a quitté ses fonctions après avoir été nommé l’entraîneur-chef du SKA de Saint-Petersbourg dans la KHL. Comme c’est l’habitude, la formation maintenant dirigée par Igor Larionov aura beaucoup de punch en attaque et sera menée par l’espoir des Canucks de Vancouver Vasily Podkolzin. Les Russes comptent probablement sur le meilleur gardien de but de la compétition en Yaroslav Askarov, qui a la capacité de voler des matchs.


SUÈDE

Lucas Raymond
Photo courtoisie
Lucas Raymond
  • Résultat en 2020 : Médaille de bronze   
  • Entraîneur-chef : Joel Ronnmark   
  • Joueurs à surveiller : Lucas Raymond (A), Alexander Holtz (A), Victor Soderstrom (D), Tobias Bjornfot (D)       

La Suède aura une équipe intéressante sur papier. Lucas Raymond et Alexander Holtz ont dominé sur la scène internationale contre leur groupe d’âge et ils seront les piliers de l’attaque du Tre Kronor. La troupe de Joel Ronnmark, venu en relève à Tomas Montén, qui a été déclaré positif à la COVID-19 avant le début du tournoi, comptera aussi sur une des meilleures brigades défensives de la compétition. Elle sera menée par le choix de première ronde des Coyotes de l’Arizona Victor Soderstrom. Est-ce que ce sera assez pour mettre fin à la disette de huit ans sans médaille d’or pour la Suède ? On verra.


FINLANDE

Ville Heinola
Photo d'archives, Martin Chevalier
Ville Heinola
  • Résultat en 2020 : 4e place   
  • Entraîneur-chef : Antti Pennanen   
  • Joueurs à surveiller : Anton Lundell (A), Ville Heinola (D), Roni Hirvonen (A), Roby Jarventie (A)       

La Finlande a remporté trois des sept derniers tournois, dont celui de 2019 à Vancouver. Sur papier toutefois, l’édition 2021 semble manquer de profondeur. Leur meneur à l’attaque sera sans contredit l’espoir des Panthers de la Floride Anton Lundell qui connaît une saison du tonnerre en Liiga finlandaise, lui qui a récolté 20 points à ses 17 premiers matchs de la saison. La Finlande a délibérément décidé d’écarter son meilleur pointeur de la compétition de l’an dernier Patrik Puistola ainsi que l’espoir du prochain repêchage Aatu Räty.


SUISSE

Simon Knak
Photo courtoisie
Simon Knak
  • Résultat en 2020 : 5e place   
  • Entraîneur-chef : Marco Bayer   
  • Joueurs à surveiller : Simon Knak (A), Lorenzo Canonica (A), Inaki Baragano (D), Noah Patenaude (G)      

La formation suisse a créé une petite surprise l’an dernier en prenant le cinquième rang du Championnat mondial de hockey junior, devant les États-Unis. Comme c’est le cas presque chaque année, les Helvètes se présenteront au Mondial avec une formation qui, sur papier, n’a rien des superpuissances mondiales. Leur meilleur attaquant, Simon Knak, a été ignoré au dernier repêchage de la LNH. Par contre, au fil des ans, les Suisses nous ont appris à ne jamais les sous-estimer. 


ÉTATS-UNIS

Trevor Zegras
Photo courtoisie
Trevor Zegras
  • Résultat en 2020 : 6e place   
  • Entraîneur-chef : Nate Leaman   
  • Joueurs à surveiller : Trevor Zegras (A), Spencer Knight (G), Cole Caufield (A), Jake Sanderson (D)       

Après la déception de l’an dernier, les États-Unis reviennent au Championnat mondial junior avec une équipe qui a tout pour remporter la médaille d’or. À l’attaque, ils comptent sur plusieurs joueurs capables de créer des choses en Trevor Zegras, Cole Caufield, Arthur Kaliyev, Matthew Boldy et Alex Turcotte tandis qu’à l’arrière, le cinquième choix au total du dernier repêchage Jake Sanderson devrait avoir un impact. Et que dire de la présence de Spencer Knight devant le filet, lui qui est, avec Yaroslav Askarov, le meilleur gardien du tournoi. Les Américains n’ont aucune excuse cette année. 


RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Jaromir Pytlik
Photo courtoisie
Jaromir Pytlik
  • Résultat en 2020 : 7e place   
  • Entraîneur-chef : Karel Mlejnek   
  • Joueurs à surveiller : Jan Mysak (A), Jaromir Pytlik (A), Pavel Novak (A), Stanislav Svozil (D)       

Les Tchèques permettront aux partisans du Canadien de voir à l’œuvre le récent choix de deuxième tour de l’équipe, Jan Mysak, qui devrait être l’un des attaquants les plus utilisés par l’entraîneur Karel Mlejnek. Sur papier toutefois, les Tchèques n’ont pas la force de frappe des autres puissances du tournoi. Ils auront toutefois une brigade défensive expérimentée comptant quatre joueurs de retour de l’an dernier à laquelle s’ajoutera Stanislav Svozil, un espoir de haut niveau en vue du prochain repêchage.


SLOVAQUIE

Samuel Hlavaj
AFP
Samuel Hlavaj
  • Résultat en 2020 : 8e place   
  • Entraîneur-chef : Robert Petrovicky   
  • Joueurs à surveiller : Martin Chromiak (A), Samuel Knazko (D), Samuel Hlavaj (G), Simon Nemec (D)       

Ce n’est un secret pour personne : la Slovaquie n’a rien de la puissance qu’elle a déjà été dans le passé. Les Slovaques sont montés sur le podium à une seule reprise au Championnat mondial de hockey junior depuis 2000, et c’était en 2015 lors du tournoi présenté conjointement à Toronto et Montréal. Cette année, l’équipe comptera sur certains éléments intéressants, mais un manque de profondeur risque à nouveau de les placer au bas du classement général. Il faudra surveiller le défenseur de 16 ans Simon Nemec, un espoir bien classé en vue du repêchage de 2022.


ALLEMAGNE

Tim Stuetzle
Photo courtoisie
Tim Stuetzle
  • Résultat en 2020 : 9e place   
  • Entraîneur-chef : Tobias Abstreiter   
  • Joueurs à surveiller : Tim Stuetzle (A), John-Jason Peterka (A)       

L’Allemagne sera privée de deux très gros morceaux cette année en Moritz Seider et Lukas Reichel. Seider a pris la décision de ne pas prendre part au tournoi, préférant continuer sa saison à Rögle en Suède, tandis que Reichel a été déclaré positif à la COVID-19 après le 29 novembre et son nom a donc été automatiquement écarté de la compétition. Malgré tout, Tim Stuetzle et JJ Peterka formeront à nouveau le duo dynamique qui avait conquis les amateurs de hockey l’an dernier. Avec Seider et Reichel, l’Allemagne aurait pu surprendre. Là, ce sera plus compliqué, surtout qu’elle devra composer avec l’absence de huit joueurs en début de compétition, déclarés positifs à la COVID-19 lors de leur entrée dans la bulle d’Edmonton.


AUTRICHE

Marco Rossi
Photo courtoisie, OHL Images
Marco Rossi
  • Résultat en 2020 : champion de la division 1A   
  • Entraîneur-chef : Roger Bader   
  • Joueurs à surveiller : Marco Rossi (A), Senna Peeters (A), Fabian Hochegger (A)       

L’Autriche a réalisé un tour de force l’an dernier en remportant le Championnat mondial de hockey junior, division 1A, sans compter dans ses rangs Marco Rossi. Ce dernier sera de la partie cette année et le choix de première ronde du Wild du Minnesota au dernier repêchage aura fort à faire pour mener l’équipe autrichienne à mieux qu’une dernière place. D’autant plus que l’équipe a perdu le défenseur Thimo Nickl, un espoir des Ducks d’Anaheim, en raison de la COVID-19. L’Autriche affrontera les États-Unis, la Suède, la Russie et la République tchèque en ronde préliminaire. Une seule victoire serait tout un accomplissement pour ce pays qui en sera à une troisième présence au Mondial junior dans son histoire. 

Les groupes    

GROUPE A  

  • Canada   
  • Finlande   
  • Allemagne   
  • Slovaquie   
  • Suisse      

GROUPE B  

  • Russie   
  • États-Unis   
  • Suède   
  • République tchèque   
  • Autriche   
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.