/world/opinion/columnists
Navigation

L’électorat américain, cette énigme enrobée d’un mystère

TOPSHOT-US-POLITICS-TRUMP
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Ils sont fous, ces Américains ! Difficile de conclure autrement le tourbillon politique que les États-Unis ont traversé en 2020. Le perdant ne veut pas partir ; le gagnant doit apaiser des millions de compatriotes. Et pas sûr que 2021 sera plus calme.

Le Washington Post relevait plus tôt cette semaine, en consultant les derniers résultats de l’élection présidentielle, que Donald Trump avait remporté haut la main le comté de Trumbull, en Ohio, tout en échouant pourtant, pendant sa présidence, à assurer la survie de l’industrie automobile dans la région.

Trump a aussi fait des gains chez les Latinos du South Bronx et dans des quartiers riches en immigrants de Miami, tout en gardant pour lui la trentaine de comtés de l’Iowa – une Amérique très blanche – qui, en 2008 et 2012, avaient choisi Barack Obama.

Ce qui n’accrédite en rien la prétention qu’il s’est fait voler la victoire dans la dernière course à la Maison-Blanche : Joe Biden a tout simplement récupéré les États qui avaient échappé à Hillary Clinton en 2016, tout en s’emparant de l’Arizona et de la Géorgie. Amplement pour obtenir la majorité au Collège électoral.

Ah oui, et puis, Biden a récolté sept millions de votes de plus que Trump : ça aussi, ça change la donne.

LES RÉPUBLICAINS, « WORKING CLASS HEROES »

En dépit de la victoire incontestable de Joe Biden, les stratèges démocrates se réveillent en sueur la nuit. Le parti des travailleurs, des grands syndicats et du « New Deal » a vu les candidats républicains lui gruger des voix partout au pays.

L’avantage que les démocrates ont longtemps maintenu au sein de cet électorat s’effrite devant ce qui prend des allures de nouvelle coalition ouvrière, essentiellement masculine, mais aussi – étonnamment – de plus en plus multiraciale.

Comme le souligne le grand quotidien de la capitale américaine, « le rejet de Trump par les électeurs avec diplôme postsecondaire et habitant les côtes est et ouest ne s’est pas étendu à une vaste portion de l’électorat qui a démontré une réaction allergique à ce que les démocrates avaient à offrir. »

LE MEILLEUR OU LE PIRE ?

Un sondage réalisé pour FOX News en début décembre ajoute du crédit à cette observation, ainsi qu’au constat que les Américains... sont durs à suivre ces temps-ci. En passant, si le parti pris pro-Trump des commentateurs de FOX News est bien connu, la crédibilité des sondeurs de la chaîne conservatrice ne fait, elle, aucun doute.

Un mois après l’élection présidentielle, les hommes continuent en majorité de soutenir le président Trump ; les hommes blancs encore plus et, quand on se concentre sur les républicains, ça tourne à la passion dévorante.

D’ailleurs, un Américain sur cinq s’avoue persuadé que Trump sera jugé comme un des meilleurs présidents de l’histoire. À l’inverse, toutefois, 42 % des répondants prévoient plutôt que sa présidence fera partie des pires de l’histoire.

Quant à savoir si on en sera encore à essayer de déchiffrer tout ce que Trump raconte pendant des années, à peine un peu plus du tiers des électeurs souhaite qu’il se représente en 2024. Clairement, même ceux qui lui ont confié leur vote finissent par reconnaître que toute bonne chose à une fin. 

Approuvez-vous la présidence de Donald Trump ?    

  • Oui : 47 %  
  • Non : 52 %   

HOMMES BLANCS  

  • Oui : 58 %  
  • Non : 42 %   

DÉMOCRATES  

  • Oui : 15 %  
  • Non : 84 %   

RÉPUBLICAINS  

  • Oui : 86 %  
  • Non : 13 %   

Pensez-vous que Donald Trump s’est fait voler l’élection présidentielle ?  

DÉMOCRATES  

  • Oui : 10 %  
  • Non : 89 %   

RÉPUBLICAINS  

  • Oui : 68 %  
  • Non : 21 %   

INDÉPENDANTS  

  • Oui : 26 %  
  • Non : 65 %    

Comment l’histoire se souviendra-t-elle de la présidence Trump ?    

  • Une des plus grandes : 22 %  
  • Au-dessus de la moyenne : 16 %  
  • Égale à la moyenne : 10 %  
  • Au-dessous de la moyenne : 8 %  
  • Une des pires : 42 %   

Aimeriez-vous que Donald Trump se présente à la présidence en 2024 ?    

  • Oui : 37 %  
  • Non : 57 %    

Source : FOX News, 6 au 9 décembre 2020