/news/coronavirus
Navigation

Philippines: vaccin non autorisé contre la COVID pour la garde rapprochée du président

Philippines: vaccin non autorisé contre la COVID pour la garde rapprochée du président
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des membres de l'équipe de sécurité du président des Philippines, Rodrigo Duterte, ont été vaccinés contre la COVID-19 avec un produit chinois qui n'a pas encore été autorisé, ont fait savoir lundi les autorités. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Les Philippines sont en discussion avec divers fabricants – américains, anglais et chinois – de vaccins afin d'obtenir 60 millions de doses pour démarrer la campagne de vaccination à partir du second trimestre 2021. Mais pour l'instant, aucune de ces solutions n'a été approuvée par l'autorité du médicament des Philippines, pays de 110 millions d'habitants.

Le groupe de sécurité présidentielle (PSG), chargé de protéger le président Duterte, a annoncé que certains de ses membres chargés de la garde rapprochée du président ont déjà été vaccinés, ce qui en fait les premiers bénéficiaires connus d'un vaccin contre la COVID-19 dans le pays.

Le chef de l'unité, le général Jesus Durante, a dit que le président attentait, lui, «le vaccin parfait ou approprié» pour être inoculé.

C'est le vaccin chinois de Sinopharm qui a été utilisé pour les membres de la garde rapprochée de Duterte, a précisé le porte-parole de la présidence Harry Roque, qui n'a pas expliqué comment les doses ont été obtenues ni combien ont été reçues.

Le président Rodrigo Duterte avait déjà exprimé sa confiance dans les vaccins chinois et russes.

L'utilisation d'un vaccin non autorisé n'offre «aucune garantie sur la sécurité, la qualité et l'efficacité du vaccin», a pourtant fait savoir lundi l'agence philippine du médicament dans un communiqué.

«Il n'est pas interdit de se faire vacciner avec un vaccin non enregistré», s'est défendu la présidence, qui dit avoir voulu envoyer un messager d'espoir aux Philippins, dont le pays a durement été touché par la pandémie.

Plus de 470 000 contaminations y ont été détectées depuis le début de la pandémie et les autorités craignent une résurgence des cas après les fêtes de Noël.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.