/world/usa
Navigation

La petite-amie du suspect de Nashville avait prévenu la police en 2019

La petite-amie du suspect de Nashville avait prévenu la police en 2019
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Une femme se présentant comme la petite-amie de l’homme qui a fait exploser un motorisé au centre-ville de Nashville le matin de Noël avait prévenu la police l’an dernier.

Dans un communiqué, la police de Nashville a fait savoir qu’un avocat disant représenter Pamela Perry avait contacté ses services le 21 août 2019.

La femme voulait prévenir les enquêteurs que son conjoint, Anthony Warner, fabriquait des bombes à l’intérieur de son véhicule récréatif.

Selon l’avocat de Mme Perry, Me Raymond Throckmorton, cette dernière lui avait fait des confidences laissant craindre pour sa sécurité, rapporte The Tennessean.

Des agents s’étaient donc présentés au domicile de Mme Perry, qui les attendait sous son porche avec deux armes déchargées près d’elle.

«Elle avait expliqué que les armes appartenaient à "Tony Warner" et qu’elle ne les voulait plus chez elle», a fait savoir un porte-parole de la police de Nashville, Don Aaron.

La femme aurait alors expliqué en détail que son conjoint fabriquait des bombes artisanales.

La petite-amie du suspect de Nashville avait prévenu la police en 2019
Photo AFP

Me Throckmorton aurait également dit aux enquêteurs qu'Anthony Warner parlait fréquemment de l’armée et de la fabrication de bombes.

«Il sait ce qu’il fait et il est très capable d’en fabriquer une», avait précisé l’avocat aux agents.

L’avocat et la police ont indiqué au Tennessean que Mme Perry avait des problèmes de santé mentale à cette époque-là et qu’après discussions, elle avait accepté d’être transportée à l’hôpital pour une évaluation psychiatrique.

Pas de réponse chez le suspect

Les enquêteurs s’étaient ensuite présentés au domicile d’Anthony Warner, mais il ne leur avait jamais ouvert la porte.

Ils avaient constaté la présence d’un VR derrière la maison, mais ce dernier était clôturé, empêchant les agents de voir à l’intérieur.

Les policiers avaient cependant noté que la résidence comptait de nombreuses caméras de surveillance et que des cordes étaient reliées à un système d’alarme sur la porte principale.

La petite-amie du suspect de Nashville avait prévenu la police en 2019
Photo AFP

«Aucun signe évident d’activité criminelle n’avait été noté. Par ailleurs, les agents n’avaient pas l’autorisation d’entrer dans la maison qui était fermée», a précisé le porte-parole de la police.

Des vérifications auraient ensuite été faites avec le FBI à l'effet qu’«aucun dossier» ne concernait M. Warner à l’agence fédérale.

Rappelons qu’Anthony Quinn Warner a perdu la vie en faisant exploser son VR devant un immeuble de l’entreprise de téléphonie AT&T au centre-ville de Nashville le matin de Noël.

Il avait fait jouer un message d’alerte juste avant l’explosion, ce qui a empêché un bilan plus important.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.