/sports/hockey
Navigation

Mondial junior: Équipe Canada junior passe un message avant les quarts de finale

HKI-HKO-SPO-GERMANY-V-CANADA:-PRELIMINARY-ROUND-GROUP-A---2021-I
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

On s’attendait à un premier match serré mettant en vedette Équipe Canada junior et ce n’est pas exactement ce à quoi on a eu droit, face à la Finlande, jeudi soir. La formation canadienne a dominé la majorité de la rencontre pour l’emporter 4-1 et ainsi s’assurer du premier rang du groupe A. 

Joueurs et entraineurs du Canada avaient mentionné, au cours des derniers jours, à quel point ce match leur servirait de baromètre à l’approche de la ronde des médailles. Le moins que l’on puisse dire, c’est que si la sélection nationale joue comme elle l’a fait hier pour le reste du tournoi, elle sera difficile à battre. 

Dès les premiers instants de la rencontre, l’équipe dirigée par André Tourigny a imposé sa vitesse et son échec-avant soutenu forçant les Finlandais à adopter la même stratégie que l’Allemagne, les Slovaques et les Suisses avant eux: se replier et se défendre. 

«C’était superbe, a mentionné Tourigny après le match. Les gars appliquaient l’échec-avant et c’était impressionnant. Nous avons appliqué beaucoup de pression et nos défenseurs étaient impliqués. L’énergie était phénoménale, je suis très fier des gars puisqu’on a été en mesure de maintenir cette pression tout au long de la rencontre.» 

«C’était une bataille pour la première place. On savait que ce serait un gros match et on était crinqué en arrivant sur la patinoire. Je suis vraiment content du départ qu’on a eu, je pense que la première période a été notre meilleure de tout le tournoi jusqu’à présent. On doit continuer de bâtir là-dessus», a ajouté l’attaquant Dylan Cozens. 

L’entraineur canadien répète depuis le début du camp de sélection que la force de son équipe est la profondeur autant en attaque qu’en défense. Jeudi, c’est ce qui a permis à son équipe d’être aussi acharnée en échec-avant et ce, pendant 60 minutes. 

«Des fois j’ai l’air d’un radoteux, mais je le dis depuis le début. La profondeur de notre équipe autant en défense qu’en attaque nous permet justement de soutenir la pression. Quand tu fais des présences de 45 ou 50 secondes, tu viens fatigué et tu n’as pas la même concentration sur les détails. La profondeur de notre équipe nous permet de jouer à quatre trios.» 

Pression en troisième

Aux yeux de l’entraineur, toutefois, son équipe a quelque peu mis de côté son échec-avant en troisième période ce qui a permis aux Finlandais de reprendre un peu de poil de la bête. 

Tirant de l’arrière 3-0, la Finlande a en effet mis un peu plus de pression qu’elle ne l’avait fait lors des deux premiers tiers sur le Canada, inscrivant son premier but du match qui réduisait alors l’écart à deux buts. 

Cozens, qui avait aussi inscrit le premier filet des siens en première période, a toutefois fermé les livres dans un filet désert. Dylan Holloway et Peyton Krebs ont aussi marqué pour l’équipe canadienne. 

Cette poussée en troisième n’avait rien, toutefois, pour réjouir l’entraineur finlandais Antti Pennanen. 

«Nous n’étions pas prêts et ça été une rencontre exigeante pour nous, a-t-il reconnu. Ils ont gagné toutes les batailles. On a ajusté le tir un peu en troisième, mais ce ne fut pas suffisant.» 

Face aux Tchèques

La victoire face aux Finlandais est d’autant plus importante que le Canada s’est assuré du premier rang du groupe A et d’un affrontement face à la République Tchèque, quatrième du groupe B, en quarts de finale samedi. 

Les Tchèques ont terminé la ronde préliminaire avec deux victoires et deux défaites mais l’un de leurs deux gains a été récolté face aux Russes. 

«Année après année, les Tchèques causent des surprises. Ils sont difficiles à jouer et se battent avec beaucoup de fierté. Ils vont fermer la zone neutre, vont vouloir nous empêcher de prendre de la vitesse et vont nous attendre à cinq dans leur enclave. Ça va être difficile d’y pénétrer et il faudra être capable d’aller chercher les retours devant le filet et d’y gagner nos batailles. Ça va être une bataille de tranchée», a mentionné Tourigny. 

Newhook blessé

Tout n’est pas rose pour ÉCJ, toutefois, qui a perdu les services de son attaquant Alex Newhook en première période. Ce dernier a été frappé durement par le défenseur Eemil Viro en entrée de zone et c’est l’épaule gauche qui semble avoir encaissé la majorité du choc. Le porte-couleur des Eagles de Boston College est revenu pour une présence en début de second tiers mais a rapidement quitté vers le vestiaire et on ne l’a pas revu par la suite. Hockey Canada a par la suite confirmé que l’espoir de l’Avalanche du Colorado était blessé au haut du corps et, après le match, André Tourigny n’était pas en mesure de fournir une mise à jour de son état de santé.