/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: un vaporisateur nasal en renfort

Le médicament développé par des Québécois réduit les complications liées au virus

Dr Nicole Ezer
Photo courtoisie du CUSM La Dre Nicole Ezer, pneumologue et scientifique junior à l’Institut de recherche du CUSM, fonde beaucoup d’espoir sur la ciclésonide, un médicament prometteur qui réduirait les symptômes de la COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

Des chercheurs québécois sont à l’avant-garde de la recherche sur un médicament simple qui pourrait permettre de réduire les complications liées à la COVID-19 et ainsi donner un répit au système de santé.

• À lire aussi: COVID-19: la fin de la pandémie en 2021?

Le groupe de la Dre Nicole Ezer, pneumologue au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), scientifique junior à l’Institut de recherche du CUSM et professeure adjointe à McGill est l’une des rares équipes au monde qui travaillent sur un médicament appelé la ciclésonide. Deux autres études sont en cours à Buffalo et en Suisse, cite la Dre Ezer. 

Cependant, les chercheurs du CUSM sont les seuls qui étudient son administration par vaporisateur nasal et par inhalateur. Ainsi, l’action du médicament se concentre à deux endroits : le nez et les poumons, là où le virus se cache.

L’action de la ciclésonide est à la fois antivirale et anti-inflammatoire. Elle donne beaucoup d’espoir quant à la lutte contre la maladie, parce qu’il s’agit d’un médicament simple, déjà approuvé et utilisé contre l’asthme. 

Peu d’hospitalisations

La clé est de l’administrer tôt dans la maladie, soit cinq jours ou moins après le début des symptômes. 

L’équipe de McGill veut démontrer que la ciclésonide permet de réduire les symptômes respiratoires, et par conséquent, les hospitalisations. 

Cela peut permettre de donner de l’oxygène au réseau de la santé, avance la Dre Ezer. Déjà, les résultats sont encourageants puisque très peu de patients qui ont participé à l’étude ont été hospitalisés. 

« Même avec le vaccin, on va toujours avoir des patients qui en auront besoin, dit-elle. Une fois qu’on aura démontré son effet, une implémentation pour l’utiliser serait quand même assez rapide. » 

Recherche de patients

De plus, il a peu d’effets secondaires. « L’action est locale. C’est un gros avantage, parce que l’inquiétude avec tous les médicaments en pilules qui ont une action systémique, c’est que ça interagit avec d’autres médicaments. » Cela rassure les patients. 

L’équipe est à la recherche de patients pour compléter son étude clinique. Il faut avoir un test positif et des symptômes depuis cinq jours ou moins. Et tout se fait en ligne, le médicament est livré directement chez le patient, peu importe où il habite au Québec. 

Les chercheurs commenceront la semaine prochaine à recruter des patients en Colombie-Britannique, et plus tard, en Ontario. Quelque 35 patients ont été recrutés sur un total de 315. 

Les personnes intéressées peuvent obtenir plus d’informations au www.contain-covid19.com/contenez-la-covid-19/  

Ce qu’en pense le doc Béliveau  

La ciclésonide fait partie de la seule famille de médicaments (corticostéroïdes) ayant un impact vraiment significatif sur l’évolution de la COVID-19 et il sera intéressant de voir à quel point cette molécule pourra avoir un impact sur les hospitalisations.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres