/sports/hockey
Navigation

Des Finlandais tenaces en demi-finale

Coup d'oeil sur cet article

L’espoir des Maple Leafs de Toronto, Roni Hirvonen, a trouvé le bon moment pour inscrire son premier but au Championnat du monde junior, samedi, sur la glace du Rogers Place d’Edmonton. 

• À lire aussi: Équipe Canada junior demeure humble

• À lire aussi: Quand Patrick Roy détruisait la chaîne stéréo

Dans un classique scandinave, le Finlandais a propulsé son pays en demi-finale avec son but tardif en troisième période alors qu’il ne restait que 23 secondes au cadran, en route vers une victoire in extremis de 3-2 contre la Suède. 

Une victoire que la Finlande n’a toutefois pas volée. Si les Suédois ont décollé la rencontre sur les chapeaux de roues avec deux buts au premier tiers en l’espace de deux minutes, les Finlandais ont imposé leur rythme à partir de la deuxième, et ce, jusqu’à la dernière seconde. Ils atteignent le carré d’as pour la troisième année consécutive.

Joueurs mécontents 

«Je crois que les deux équipes étaient un peu nerveuses pour ce match. Ils ont ouvert la marque et notre état d’esprit a changé. Les joueurs et moi étions vraiment fâchés et on savait qu’il fallait mettre plus d’efforts dans notre jeu», a déclaré le pilote des vainqueurs, Antti Pennanen. 

Le but d’Hirvonen a délivré la nation qui a connu ses meilleurs moments durant la troisième période avec 15 tirs et de nombreuses chances de marquer. Il avait toutefois fallu attendre jusqu’au milieu de cette période avant que les compteurs ne soient remis à zéro grâce à la contribution du capitaine Anton Lundell sur un jeu de puissance. Henri Nikkanen avait réduit l’écart en deuxième à la suite d’un désavantage numérique. 

Hirvonen, qui a été un choix de deuxième ronde des Maple Leafs de Toronto en octobre dernier, a livré une réponse semblable à son entraîneur pour expliquer comment ses coéquipiers et lui ont renversé la vapeur. 

«C’est venu des gars eux-mêmes dans le vestiaire. On a réalisé qu’on devait jouer une meilleure deuxième période et jouer ensemble. Je pense que ça a été la clé», a-t-il lancé aux journalistes, ajoutant qu’il s’agissait du plus important but de sa jeune carrière. 

Antti Pennanen ne s’est d’ailleurs pas fait prier pour vanter la maturité du héros du jour malgré ses 18 ans. 

«Oui, ça l’a aidé et il s’est beaucoup amélioré depuis la dernière saison. Il a surtout amélioré son coup de patin et c’est un excellent joueur. C’est aussi l’un de nos leaders et il est jeune, mais il joue comme si c’était vital», a souligné Pennanen, qui dirige la sélection finlandaise des moins de 20 ans pour la première fois. 

Autre échec suédois

Pour la Suède, l’histoire se répète. Malgré un effectif aspirant aux grands honneurs avec ses nombreux espoirs de la LNH, le Tre Kronor devra une fois de plus attendre avant de savourer la médaille d’or de nouveau. Les Suédois n’ont remporté que deux titres en 40 ans, soit en 2012 et en 1981. 

«Je dirais qu’on a offert une bonne performance presque tout le match, mais il y a peut-être quelques minutes où nous n’avons pas aussi bien joué et c’est ce que nous coûte le tournoi», a simplement résumé le capitaine Philip Broberg, la mine déconfite. 

Le grand défenseur, qui appartient aux Oilers d’Edmonton , a disputé le tournoi en dépit d’une blessure. «Il voulait jouer tous les matchs et il a continué de jouer avec la douleur», a reconnu l’entraîneur Joel Ronnmark, sans dévoiler plus de détails sur la nature de cette blessure. 

Lucas Raymond et Elmer Soderblom ont marqué dans la cause perdante. 

Retour attendu

Absent chez les Russes dans la victoire contre les Allemands, l’espoir des Blue Jackets de Columbus, Yegor Chinakhov, devrait être en mesure de disputer la demi-finale de lundi, selon l’entraîneur-chef Igor Larionov. Le 21e choix au total du dernier repêchage s’était blessé en ronde préliminaire.