/misc
Navigation

5 enjeux à surveiller en 2021

Coup d'oeil sur cet article

On rêve au jour où l’on pourra enfin tourner la page sur la COVID-19. Mais la pandémie risque fort de définir une bonne partie des enjeux politiques déterminants pour la prochaine année, tant à Québec qu’à Ottawa. Surtout, 2021 nous révélera ses répercussions les plus sournoises, celles qui perdureront pendant des années.

1. UN VRAI DÉBAT SUR LA SANTÉ

Les hôpitaux ont mis en branle leur plan de délestage et annulé bon nombre de chirurgies.
Photo d'archives
Les hôpitaux ont mis en branle leur plan de délestage et annulé bon nombre de chirurgies.

Les hôpitaux ont déjà dû mettre en branle leur plan de délestage et annuler 50 % des rendez-vous et chirurgies non urgentes. 

La hausse des hospitalisations risque de forcer des mesures encore plus draconiennes. Déjà cet automne, on a noté au Québec une augmentation des décès supérieure à ceux attribuables à la COVID-19. Combien d’autres cancers seront diagnostiqués en retard ? Combien d’autres conditions médicales vont se détériorer faute d’intervention rapide ?

Tous ces facteurs contribueront à fragiliser davantage le réseau de la santé. Un argument de taille pour les provinces qui réclament d’Ottawa une augmentation récurrente des transferts.

N’empêche, il faudra bien un jour trouver une façon de contrôler la hausse systématique des coûts du système. 


2. L’AMPLEUR DES ÉCHECS SCOLAIRES

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.
Photo d'archives
Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

On sait déjà que le taux d’échec au secondaire est de 30 % à 50 % plus élevé qu’à pareille date l’an dernier.

Les premiers bulletins dès janvier permettront enfin de chiffrer l’ampleur des ravages.  

Après le grand confinement du printemps, l’enseignement en ligne, la suspension des activités sportives et parascolaires ont fragilisé davantage les élèves plus vulnérables.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, devra offrir une feuille de route costaude pour prendre en charge ces jeunes et éviter qu’une génération ne se retrouve ainsi sacrifiée. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

3. NOUVELLE LOI 101 

Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette.
Photo d'archives
Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette.

Le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette, a su profiter du report de son plan de refonte de la Charte de la langue française pour orchestrer une campagne de mobilisation dans l’opinion publique.

Si le ministre a réussi à créer un consensus politique considérable sur l’importance d’agir, ça ne veut pas dire que son projet passera comme une lettre à la poste.

Sera-t-il à la hauteur des attentes immenses qu’il a créées ? 

Surtout, saura-t-il éviter une levée de boucliers dans le monde des affaires de la métropole ? Montréal a déjà tellement souffert de la pandémie, la nouvelle loi 101 devra éviter d’être un fardeau de trop pour les entreprises déjà précaires. 


4. QUELLE RELANCE ÉCONOMIQUE ?

Cent milliards de dollars ! C’est le montant que le gouvernement fédéral est prêt à investir pour relancer l’économie canadienne.

Justin Trudeau parle de « rebâtir en mieux », mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Le moment est-il bien choisi pour lancer un vaste programme de garderies ou d’assurance-médicaments au pays ? Le gouvernement doit-il plutôt financer un important virage technologique et environnemental au pays ?

La tentation sera grande de se lancer dans les dépenses électoralistes pour charmer les électeurs, plutôt que de mettre en œuvre une politique économique sérieuse et cohérente. 


5. DES ÉLECTIONS FÉDÉRALES ?

L’année 2021 pourrait être synonyme d’élections fédérales pour Justin Trudeau.
Photo d'archives, AFP
L’année 2021 pourrait être synonyme d’élections fédérales pour Justin Trudeau.

Tous ces éléments serviront de toile de fond à LA grande question du printemps 2021 : aurons-nous droit à des élections fédérales ?

Une partie de la réponse réside dans le succès ou l’échec de la campagne de vaccination au pays.

Une opération vaccin qui roule à plein régime, un plan de relance économique de 100 milliards de dollars offriraient une occasion en or aux libéraux.

Encore faut-il que le rapport du Commissaire à l’éthique sur l’affaire WE Charity ne plombe pas trop la crédibilité du premier ministre.

Surtout, pour réunir des conditions gagnantes, celui-ci devra apaiser les tensions avec Québec sur le financement de la santé et la protection du français.