/news/coronavirus
Navigation

Des infirmières, dont des milliers sont monoparentales, privées de vacances

Des infirmières, dont des milliers sont monoparentales, privées de vacances

Coup d'oeil sur cet article

Au moment où des milliers de Québécois se trouvaient en voyage dans des destinations soleil, les infirmières du CISSS de Lanaudière apprenaient qu’elles perdaient toutes leurs vacances le 31 décembre dernier.

L’arrêté ministériel qui est entré en vigueur à ce moment-là les oblige notamment à travailler à temps plein, sans avoir de vacances.

La moitié des 3600 infirmières de ce CISSS sont monoparentales. Le défi d’aller travailler en trouvant des personnes qui peuvent s’assurer de prendre soin des enfants est d’autant plus difficile en pleine pandémie, surtout que les grands-parents ne devraient pas le faire pour se protéger de la maladie. 

Ottawa a confirmé, samedi, que les vacanciers admissibles à la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) pouvaient recevoir jusqu’à 1000$, une mesure qui permet de les dédommager pendant leur quarantaine, même s’ils reviennent d’un voyage non essentiel. 

Toutefois, Ottawa a assuré qu’il étudiait l’enjeu causé par la prestation qui n’a jamais été destinée à ceux qui partaient en voyage pour le plaisir. 

La médiatisation de cet enjeu a néanmoins fait déborder le vase pour le syndicat qui représente les travailleurs du milieu de la santé, épuisés par la pandémie et privés de congés. 

Stéphane Cormier, du Syndicat interprofessionnel de Lanaudière, juge la situation tellement absurde qu’il en fait une blague.

«Elles pourraient organiser un groupe de 100 infirmières qui vont partir en voyage, toucher le 1000$ en retour, comme ça elles pourront avoir trois semaines de vacances qu’on ne veut pas leur donner, payées en plus!» lance-t-il en assurant que c’est de l’ironie. 

«Dans Lanaudière, depuis le 31 décembre, elles ne sont pas contentes. Il va falloir être conséquent avec ce qu’on dit et ce qu’on fait. On coupe les vacances, on met les infirmières à temps complet, mais les écoles restent ouvertes, on voyage, on fait tout! Pour les professionnelles en soins, c’est sûr que ce n’est pas facile présentement», détaille M. Cormier. 

Inquiétudes pour les parents  

Samedi, le Québec a battu un record absolu de nouvelles infections à la COVID-19 avec 2862.

Avec une montée en flèche des chiffres, des hospitalisations et des décès, de nombreux parents se demandent si les écoles vont rouvrir. 

Certains interpellent directement le premier ministre François Legault sur Twitter. 

Le gouvernement n’a toujours pas fait de déclaration à ce sujet jusqu’à présent. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.