/opinion/columnists
Navigation

Le sport chez la famille Chelios

Caley, Papa et Tara Chelios.
Photo courtoisie Caley, Papa et Tara Chelios.

Coup d'oeil sur cet article

Il est beau, il est bon, il est unique, mais il brûle la chandelle par les deux bouts.

Ça ne durera pas longtemps, disait-on dans les années 80 quand on observait le tumultueux et bouillonnant parcours de Chris Chelios. 

Il appuyait l’attaque, affrontait les plus gros et, lorsque venait le temps de faire le ménage devant le filet, ses coups de Sherwood sournois et douloureux en ont marqué plus d’un. 

Un des 100 meilleurs joueurs de l’histoire de la NHL, il était un leader qui mordait dans la vie à toutes heures du jour... et de la nuit. À fond la caisse...

À l’été 1987, Tracee et Chris se sont mariés et, ensuite, ils ont eu quatre enfants... deux gars, deux filles.

Jake Chelios, défenseur comme papa.
Photo courtoisie
Jake Chelios, défenseur comme papa.

Jake Chelios a aujourd’hui 29 ans. Il n’a pas le talent de son père, mais il fait 6’2’’ et, défenseur comme papa, il joue pour l’équipe de Kunlun dans la KHL de Russie. 

Il a déjà disputé cinq matches avec les Red Wings de Detroit en 2018, mais il lui manquait quelque chose. 

Dean a joué avec Jeff Petry au niveau universitaire.
Photo courtoisie
Dean a joué avec Jeff Petry au niveau universitaire.

Avant cela, il avait évolué avec son frère aîné Dean pour l’Université Michigan State, où jouait aussi Jeff Petry il y a 10 ans.

Les filles ? 

Caley et sa sœur Tara ont toutes les deux été d’excellentes joueuses de crosse. 

Aujourd’hui, Caley, la plus vieille, a complété une formation universitaire en journalisme et elle est commentatrice à la télévision aux matches du Lightning de Tampa. 

Sa sœur Tara, elle donne plus dans le baseball et elle est restée plus près de la cellule familiale. Elle œuvre en marketing au sein des White Sox de Chicago.

Aux Fêtes, ça doit parler de sport chez les Chelios parce que, j’oubliais, Caley est mariée à Dany Vitale, de l’unité défensive des Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

CHILLY-SAVY

Une à Montréal, deux à Détroit, Chris Chelios a gagné 3 coupes Stanley et, après Gordie Howe, il est celui qui a joué le plus longtemps dans la Ligue nationale. 

Il s’est retiré à 48 ans et il avait encore du gaz dans le réservoir. 

Un véritable phénomène. 

Né d’une famille grecque de restaurateurs, Chris était plus que sociable et il avait toujours le cœur à la fête. 

Il aura 59 ans dans trois semaines et ça n’a pas changé.

Il est très actif, il fait toujours du sport et demeure en excellente condition physique, même après 26 coriaces saisons dans la Ligue nationale.

Il vit toujours à Chicago et il est encore ambassadeur des Blackhawks en compagnie d’un certain Denis Savard, contre lequel il avait été échangé. Pour dire, hein ! Et la chandelle n’a pas fini de brûler. 

De l’enclave 

  • Le grand patron de la pourvoirie du lac Blanc (St-Alexis des Monts), Gaston Pellerin, trépigne de vous accueillir puisqu’il est officiellement relais de motoneige. Il y a de la pêche sur la glace et on a aménagé un espace pour manger à l’extérieur de l’auberge. « Inquiète-toi pas, on respecte rigoureusement les consignes et le protocole », a dit le boss, cousin de Fred.
  • Avec les Knights de London, Corey Perry a appris sous la férule d’un certain Dale Hunter. Ils ont notamment gagné la Coupe Memorial ensemble en 2005.
  • Le 13 février prochain, il y aura 35 ans que Gilles Courteau dirige la LHJMQ... par intérim.
  • David Desharnais, porte-couleurs de Fribourg, une des plus belles villes de Suisse, file le parfait bonheur avec Isabelle Desjardins et les petits Victor et Adam. Treize points en 16 matches pour papa David depuis le début de la saison.
David Desharnais
Photo d'archives, Agence QMI
David Desharnais
  • C’était un 3 janvier en 1912 à Victoria qu’a été disputé le premier match de hockey sur une glace artificielle au Canada. On a joué en après-midi, il faisait un degré. New-Westminster a vaincu Victoria 8 à 3.
  • Bonne fête, madame la ministre Isabelle Charest, qui brûle d’envie de nous ouvrir les gymnases et les arénas, ne serait-ce que pour l’entraînement. S’il vous plaît, Isabelle !
  • Au cours des six derniers mois, Réal Massé a été opéré deux fois à une hanche, il s’est fracturé des côtes en bûchant et on lui a aussi enlevé la vésicule biliaire. Le bonhomme a 80 ans et il est au gymnase tous les jours... le sien, en passant.