/portemonnaie/lifestyle
Navigation

La prestation de 1000$ n’a jamais été pour les vacanciers

DOSSIER - VOYAGEURS DE RETOUR AU PAYS
MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTR

Coup d'oeil sur cet article

La terre a tremblé le 2 janvier: on a appris que si on revient de voyage dans le Sud, le fédéral peut nous verser 500$ par semaine de quarantaine obligatoire. Les Canadiens n’ont pas tardé à être en beau fusil. Contrairement à ce que certains croient, cette prestation n’a jamais eu comme but de dédommager les vacanciers, affirme le gouvernement. Retour sur le premier scandale de 2021.

D’abord, c’est quoi, la PCMRE?  

La Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) a été créée en septembre dernier pour aider financièrement les personnes devant se placer en isolement par crainte d’avoir contracté la COVID-19.  

Cette mesure s’adresse donc principalement aux travailleurs qui n’ont pas de congés de maladie et qui sont donc forcés de prendre des congés sans solde pour se placer en isolement. 

Pour bénéficier de la PCMRE, il faut aussi répondre à quelques dizaines de critères, dont: 

Ne pas pouvoir travailler au moins la moitié de sa semaine de travail prévue pour se mettre en isolement OU pour l’une des raisons suivantes:     

  • Être atteint ou potentiellement atteint de la COVID-19;    
  • Avoir reçu la recommandation de se mettre en isolement;    
  • Avoir un problème de santé qui nous met plus à risque de contracter la COVID-19;    
  • Ne pas recevoir de congé payé de son employeur pendant la période de quarantaine.        

Il faut également répondre à tous les critères listés ICI

Si l’on se met dans la peau d’un voyageur qui vient de passer deux semaines à Punta Cana et qu’on repasse à travers cette liste, OUI, on serait, en théorie, admissible à l’aide financière.   

En pratique, néanmoins, ça peut sembler problématique. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que le gouvernement réagisse. 

La brèche     

Le gouvernement a pris connaissance de la faille dans les critères d’admissibilité du programme après que La Presse en ait fait la découverte, le 2 janvier. 

Les voyages non essentiels étant toujours proscrits, plusieurs y ont vu une contradiction étonnante, et les réactions n’ont pas tardé à fuser.  

«La PCMRE n’a jamais eu pour but d'inciter ou d'encourager les Canadiens à ne pas suivre les directives de santé publique ou de voyage international. L’objectif de la PCMRE a toujours été de fournir aux travailleurs une option de congé de maladie payé lorsqu'il n'est pas possible d'en obtenir un auprès de leur employeur, afin qu’ils n'aient pas à choisir entre aller travailler et mettre de la nourriture sur la table», a commenté la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées du Canada, Carla Qualtrough, dans une déclaration envoyée à TVA Nouvelles. 

Trudeau ajuste le tir    

Mardi, le premier ministre Justin Trudeau a assuré que les voyageurs de retour de vacances n'auront pas droit à la prestation de 1000$. 

«Mon message à ceux qui sont allés dans le Sud est clair. Vous n’aurez pas droit à cette prestation. Elle n’est pas prévue pour vous», a-t-il indiqué en point de presse. 

Il a confirmé que l'objectif de la PCMRE n'a jamais été «d'envoyer un chèque à ceux qui décident de partir en voyage, à l'encontre des avis de la santé publique».

Un programme d’urgence comme la PCMRE doit être mis en place très rapidement, ce qui explique en partie cette brèche découverte récemment, a affirmé plus tôt cette semaine le secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique, Joël Lightbound, en entrevue à TVA Nouvelles. 

«C’est une crise sans précédent. On doit procéder de manière assez rapide pour répondre à des impératifs de santé publique. Il arrive parfois qu’il y ait des conséquences inattendues dans des programmes autrement bien intentionnés», a-t-il dit.  

Source: gouvernement du Canada

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux