/opinion/columnists
Navigation

Les chouchous de Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Canada a une attirance « psychologiquement systémique » pour les rebelles, voire pour les petits malins qui défient les règles.

C’est une attitude que l’on observe chez les grands bourgeois qui, comme lui, n’ont pas eu à gagner leur vie à la sueur de leur front. Autrement dit, il appartient à une caste de privilégiés. Cela explique en partie son flirt avec les victimes de toutes les causes à condition que celles-ci revêtent les oripeaux du progrès et de la postmodernité mur à mur. C’est pourquoi il vénère les chartes de droits qui le guident.

Hélas, en période de pandémie, ses décisions politiques deviennent douteuses. Son hésitation à fermer la frontière avec les États-Unis au début de la COVID-19 a eu des conséquences graves.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Prodigalité

Sa prodigalité à user des fonds publics l’a fait errer. Financer des étudiants pour rester à la maison l’été dernier relève de l’indécence. Noyer l’affaire WE Charity, l’ONG bon chic bon genre financée à coups de millions de dollars en subventions sans résultats probants autres que de permettre à sa femme, à sa mère et à son frère de recevoir des centaines de milliers de dollars en tant que « spécialistes », demeure un scandale. 

Et voilà que Justin Trudeau dépasse les bornes en récompensant les Canadiens délinquants qui ont défié les injonctions de confinement pour aller s’éclater dans des centres de villégiature tout compris avec au retour le jackpot de 1000 $ pour s’encabaner durant quatorze jours.

Pendant ce temps, la majorité encore silencieuse, docile et patiente, s’enferme dans son découragement et lutte contre la dépression. Sans prime pour avoir refusé de mettre en péril sa vie et celle de ses concitoyens.

Le pire est de constater que la popularité de Justin Trudeau ne s’effondre pas. Pour Trudeau, cette pandémie trace le chemin vers sa réélection.