/news/politics
Navigation

Un député et un sénateur conservateurs ont séjourné à l'étranger

Le leader de l’opposition au Sénat, Don Plett
Capture d'écran, TVA Nouvelles Le leader de l’opposition au Sénat, Don Plett

Coup d'oeil sur cet article

Deux autres parlementaires fédéraux, cette fois des conservateurs, ont séjourné à l’étranger pendant les Fêtes, a-t-on appris lundi.

• À lire aussi: Prestation de 1000$: Ottawa pourrait imposer les voyageurs

• À lire aussi: Voyages des Fêtes: le chef de cabinet du premier ministre albertain écope

• À lire aussi: Voyage controversé: Pierre Arcand perd ses responsabilités

Le député ontarien David Sweet et le leader de l’opposition au Sénat Don Plett n’ont pas respecté la recommandation de la Santé publique d’éviter tout voyage non essentiel.

Le premier s’est rendu aux États-Unis pour s’occuper d’une résidence secondaire qu’il a là-bas, tandis que le deuxième s'est rendu au Mexique pour une raison qui n'a pas été précisée.

M. Sweet avait informé le bureau de son whip qu'il devait faire un voyage essentiel pour «une question de propriété», a indiqué le bureau du chef conservateur Erin O'Toole lundi en fin d'après-midi.

«Cependant, le député Sweet a décidé de rester aux États-Unis pour un voyage d’agrément sans en informer le whip», a-t-on ajouté en précisant que M. O’Toole avait sommé tous les membres de son caucus d'éviter d'aller à l’étranger.

L’élu ontarien a donc démissionné de son rôle de président du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique (ETHI).

Un peu plus tôt lundi, la nouvelle tombait que le sénateur du Manitoba Don Plett s'était rendu au Mexique le 28 décembre.

«Dès son arrivée, il a réfléchi à sa décision concernant ce voyage et a immédiatement pris les mesures lui ayant permis de rentrer au pays le 31 décembre», a déclaré une porte-parole de celui qui est leader conservateur de la Chambre haute.

Les cas de MM. Sweet et Plett s’ajoutent à celui de Ron Liepert, député albertain conservateur qui s’est rendu aux États-Unis pour gérer un problème à sa résidence secondaire.

Rappelons que deux élus libéraux et une néo-démocrate ont aussi récemment séjourné à l’étranger.

C'est le cas du député libéral de Pierrefonds–Dollard, Sameer Zuberi, qui a démissionné de trois comités parlementaires auxquels il siégeait, tandis que sa collègue de Brampton-Ouest Kamal Khera a délaissé son poste de secrétaire parlementaire de la ministre du Développement international.

Tous deux n’avaient pas avisé leur whip avant de se rendre aux États-Unis pour voir des membres de leur famille.

La députée néo-démocrate Niki Ashton s’est pour sa part déplacée en Grèce pour des raisons familiales sans aviser les instances de son parti. Elle a donc dû renoncer à son rôle de porte-parole sur plusieurs dossiers.

Le whip en chef des libéraux, Mark Holland, a par ailleurs mentionné que trois autres députées du parti de Justin Trudeau se sont rendues à l’étranger pour «s’occuper d’obligations familiales essentielles» au courant de l'été dernier.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.