/opinion/faitesladifference
Navigation

Une question d’intégrité SVP

Une question d’intégrité SVP
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le 13 mars dernier, un vendredi pour les superstitieux, le gouvernement du Québec a déclaré l’état d’urgence sanitaire. À ce moment-là, nous avons appris que nous devions faire des efforts collectifs afin de combattre un ennemi commun. De façon générale, la population s’est montrée solidaire et responsable face aux consignes venant de la classe politique, lesquelles sont guidées par l’état des connaissances scientifiques. 

Cochise Brunet-Trait, enseignant en sociologie
Cochise Brunet-Trait, enseignant en sociologie

Ne perdons surtout pas de vue que cette pandémie nous affecte alors que nous vivons, depuis quelques décennies, une crise de confiance de la population envers les élites, notamment envers la classe politique. Dans ce contexte, les politiciens se doivent d’avoir un comportement exemplaire. N’oublions pas non plus que la santé de notre démocratie repose sur la confiance et la participation des citoyens.

Des politiciens qui ne montrent pas l’exemple

Nous venons d’apprendre par les médias que le député libéral Pierre Arcand a décidé d’aller se joindre à ceux que Le Journal a nommés les «touristatas». Par son comportement, le député a démontré qu’il méprise les recommandations de la Santé publique, et qu’il est indigne d'assumer le poste qu’il occupe. En tant que député, il doit se montrer solidaire des citoyens qu’il représente et accepter lui aussi de faire les sacrifices qui s’imposent compte tenu de la situation. 

• À lire aussi: Pierre Arcand perd ses responsabilités

• À lire aussi: Pierre Arcand dit regretter sa décision

Force est de constater que, par son comportement égoïste et irresponsable, M. Arcand a démontré qu’on ne peut lui faire confiance, autrement dit, qu’il n’a pas l’intégrité requise pour exercer le rôle de politicien; ce faisant, il devrait assumer ses responsabilités et quitter la vie politique.

La cheffe du Parti libéral du Québec, Mme Dominique Anglade, était au courant du projet de voyage de son député. Au lieu d’agir en véritable leader et de sommer M. Arcand d’abandonner son projet sous peine d’exclusion du parti, elle s’est contentée d’exprimer son malaise. Madame Anglade, en tant que cheffe d’un des grands partis, aspire à devenir première ministre du Québec alors qu’elle vient de prouver qu’elle n’a même pas le leadership nécessaire pour tenir les rênes de son propre parti. En plus de ce manque de leadership, son inaction démontre un sérieux manque de sensibilité de sa part vis-à-vis des citoyens qu’elle représente.

• À lire aussi: Un député de la CAQ se justifie d’être parti en voyage à Noël

Pour ajouter l’insulte à l’injure, le député caquiste Youri Chassin est allé rejoindre son mari au Pérou, et ce, avec l’approbation du cabinet du premier ministre. M. Chassin ose affirmer, le plus sérieusement du monde, que sa situation est particulière puisqu’il n’a pas vu son mari depuis un an. Force est de constater qu’à l’instar de Mme Anglade, le premier ministre a manqué de leadership.

Perte de confiance

Pendant ce temps, la très grande majorité des Québécois n’ont pas vu leurs proches, et pour un grand nombre d’entre eux, le temps des Fêtes constitue le seul moment de l’année où les familles peuvent se réunir. Pandémie oblige, cette année, les rassemblements aux Fêtes sont interdits. Il est tout à fait légitime, dans ce contexte, de nous demander pourquoi la situation particulière d’un député est plus importante que la situation particulière de l’ensemble des citoyens. 

On ne répétera jamais assez souvent que le pire danger auquel peut faire face une démocratie est le cynisme et le désengagement des citoyens et en ces temps particuliers, c’est encore plus critique. Une perte de confiance de la population face aux politiciens pourrait devenir un prétexte à la désobéissance civile, ce qui risquerait de faire en sorte que la pandémie dure encore plus longtemps. Est-ce trop demander que d’avoir des politiciens intègres sachant faire preuve de leadership?

Cochise Brunet-Trait, enseignant en sociologie

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?