/news/currentevents
Navigation

Mort atroce d’une fillette à Laval: une autre enquête sur la mort de la fillette

Les résultats d’autopsie se font toujours attendre

Coup d'oeil sur cet article

Une autre enquête a été déclenchée, cette fois-ci par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, concernant la mort suspecte d’une fillette de 7 ans à Laval, qui avait fait l’objet d’un signalement à la DPJ. 

• À lire aussi: La mort tragique de la fillette de 7 ans demeure nébuleuse

• À lire aussi: La fillette avait été rencontrée par la DPJ

• À lire aussi: Fillette martyre de 7 ans trouvée morte à Laval

« Choquée d’apprendre la mort d’une autre enfant au Québec », la Commission a décidé d’amorcer cette enquête de sa propre initiative et fera connaître aux « instances concernées » des recommandations, lors de sa conclusion. 

Les démarches permettront de savoir si les droits de la jeune fille ont été lésés et fort probablement d’en savoir plus sur la façon dont la DPJ a traité le signalement, qui aurait été retenu l’automne dernier.

Selon TVA Nouvelles, il pourrait avoir été fait par les parents de la victime, pour des troubles de comportement qu’elle aurait présentés. 

Une voisine de la résidence où le drame a eu lieu, sur la rue Le Boutillier, à Laval, avait d’ailleurs affirmé au Journal que la fillette aurait reçu un diagnostic pour un trouble neuro-développemental pouvant mener à d’importantes crises. 

Parallèlement, les policiers ont quitté mardi le domicile familial où la tragédie a eu lieu, après l’avoir passé au peigne fin pendant près de deux jours.

Des fleurs et un toutou ont été déposés en mémoire de la fillette de 7 ans, retrouvée morte dimanche, à Laval, dans cette résidence de la rue Le Boutillier.
Photo Antoine Lacroix
Des fleurs et un toutou ont été déposés en mémoire de la fillette de 7 ans, retrouvée morte dimanche, à Laval, dans cette résidence de la rue Le Boutillier.

Autopsie incomplète

L’enquête est toujours en attente des résultats de l’autopsie, ce qui permettra aux policiers de mieux s’orienter pour la suite. Selon nos informations, ses conclusions permettront de corroborer les versions données par les membres de la famille rencontrés après les événements. 

La jeune victime aurait été trouvée dans un état lamentable, avec le corps couvert en majorité de brûlures dues à de l’eau bouillante, des ecchymoses et un bras cassé. Une barrière de la langue a compliqué le tout. La grande majorité des proches, d’origine afghane, ne s’expriment ni en français ni en anglais. Un interprète a été nécessaire. 

« Quiconque possède des informations à nous fournir concernant cette affaire, on les invite à entrer en contact avec nous », a souligné pour sa part Stéphanie Beshara, porte-parole du Service de police de Laval (SPL), rappelant que toutes les hypothèses sont toujours sur la table. 


Il est possible de joindre la Ligne-Info du SPL au 450 662-4636.