/news/coronavirus
Navigation

Publicités contradictoires

Les recommandations de la Santé publique ne sont pas toujours reflétées dans les messages promotionnels du gouvernement

Coup d'oeil sur cet article

Des entreprises et même un organisme gouvernemental continuent de diffuser des publicités qui ne sont pas cohérentes avec les recommandations de la Santé publique, jugent des experts.

« Cet hiver, faites le plein d’adrénaline. Partez à l’aventure sur les sentiers exceptionnels de l’Abitibi-Témiscamingue », propose Bonjour Québec, le site touristique officiel du gouvernement, dans une publication Facebook.

Bonjour Québec suggère de partir à l’aventure même si la Santé publique recommande de limiter ses déplacements.
Capture d’écran tirée de Facebook
Bonjour Québec suggère de partir à l’aventure même si la Santé publique recommande de limiter ses déplacements.

Le message promotionnel a été vu par des milliers de personnes depuis le 21 décembre. Il a été retiré après les appels du Journal.

« Je trouve ça pour le moins curieux qu’un organisme gouvernemental invite les gens d’un peu n’importe où à aller en Abitibi-Témiscamingue. Vraiment, ça va à l’encontre de ce que [la Santé publique] demande », estime Benoit Duguay, professeur au Département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal. 

Effectivement, les autorités recommandent toujours de limiter les déplacements d’une ville et d’une région à l’autre, à l’heure où les cas de coronavirus ne cessent d’augmenter. 

L’Abitibi-Témiscamingue est d’ailleurs en zone orange, tandis que le reste de la province est majoritairement rouge.

Difficile compromis

Plus pragmatique, Marc D. David, professeur de l’Université de Sherbrooke spécialiste de la communication marketing, croit que Bonjour Québec a voulu ménager la chèvre et le chou. 

« En apparence, il y a un manque de cohérence, mais il n’y a pas de contradiction profonde », ajoute-t-il, en devinant une volonté de faire la promotion du tourisme hivernal malgré la pandémie. 

Pour sa part, le ministère du Tourisme se défend bien d’aller à l’encontre des règles de la Santé publique. 

« Le ciblage a été ajusté de façon à interpeller les citoyens des régions mentionnées. Ceci étant dit, certaines publications sur Bonjour Québec peuvent viser à inspirer les Québécois en vue de futures escapades », affirme la directrice des communications Virginie Rompré. 

D’autres entreprises, comme certaines quincailleries et pharmacies, continuent de produire des circulaires qui ne reflètent pas la restriction de vente des produits non essentiels en magasin. 

Comme si de rien n’était

C’est le cas de l’entreprise Canadian Tire, qui annonce autant une balayeuse qu’une poêle sur la première page de son édition en vigueur.

« Quand on voit la circulaire, on a l’impression que c’est “business as usual”, constate Marc D. David. C’est rien d’illégal, mais c’est une occasion ratée. »

La chaîne de quincailleries Canac, basée au Québec, a plutôt décidé d’arrêter temporairement toute forme de promotion imprimée ou numérique. 

« Ça ne faisait pas de sens pour nous d’inviter les gens à magasiner alors que [le gouvernement] leur demande de rester chez eux », explique Patrick Delisle, directeur marketing. 

Cette décision est saluée par M. David, qui y voit « un exemple parfait de responsabilité sociale d’entreprise et de communication marketing responsable ». 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres