/news/coronavirus
Navigation

La 2e injection du vaccin Pfizer peut être retardée dans certains cas

La 2e injection du vaccin Pfizer peut être retardée dans certains cas
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Genève | La deuxième injection du vaccin contre la COVID-19 développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech peut être retardée de quelques semaines dans des « circonstances exceptionnelles », ont estimé mardi les experts de l’Organisation mondiale de la santé.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Le Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) sur la vaccination de l’OMS « recommande l’administration de deux doses de ce vaccin dans un délai de 21 à 28 jours », a déclaré lors d’une conférence de presse son président, Alejandro Cravioto.

Mais il a indiqué qu’il était possible de retarder l’administration de la deuxième injection de quelques semaines « dans des circonstances exceptionnelles de contextes épidémiologiques et de contraintes d’approvisionnement ».

• À lire aussi: Le Canada très loin derrière Israël

• À lire aussi: Ottawa accélère, mais les provinces ne suivent pas

• À lire aussi: Ralentissement et vaccination à deux vitesses au Québec

Cela permettre « de maximiser le nombre de personnes bénéficiant d’une première dose », a-t-il expliqué.

Au cours de cette même conférence de presse, Kate O’Brien, directrice du département immunisation et vaccins à l’OMS, a averti que le délai ne pouvait pas excéder six semaines.

Cette annonce des experts de l’OMS intervient alors que le laboratoire BioNTech a prévenu mardi que l’efficacité maximale de son vaccin contre la COVID-19 n’était pas démontrée si la deuxième injection est retardée, stratégie appliquée ou envisagée par plusieurs pays pour vacciner plus de personnes.

« L’efficacité et la sécurité du vaccin n’ont pas été évaluées pour d’autres calendriers de dosage » que les deux injections espacées de 21 jours appliquées lors de l’essai clinique, a expliqué l’entreprise allemande, qui a développé avec le laboratoire américain Pfizer le premier vaccin autorisé aux États-Unis et dans l’UE.

Face aux stocks limités de ce produit, le Danemark a annoncé lundi espacer jusqu’à six semaines les deux doses; le Royaume-Uni, qui a autorisé le vaccin avant l’UE, début décembre, laisse s’écouler jusqu’à 12 semaines entre les deux injections.

En Allemagne, le ministère de la Santé a demandé aux autorités sanitaires d’évaluer les options pour rallonger le délai, selon un document consulté lundi par l’AFP.

  • Écoutez la chronique d'Emmanuelle Latraverse au micro de Richard Maartineau sur QUB radio:    

Voyageurs

Le groupe d’experts de l’OMS a formulé mardi toute une série de recommandations concernant le vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19.

Ils recommandent notamment d’administrer le vaccin que dans des contextes où les chocs anaphylactiques (une réaction allergique grave) peuvent être traités.

En raison du manque de données sur les femmes enceintes et celles qui allaitent, les experts préfèrent pour l’instant ne pas formuler de recommandations.

M. Cravioto a toutefois souligné que « les avantages de la vaccination des femmes enceintes l’emporte sur le risque potentiel » dans certains cas, comme dans le cas du personnel sanitaire très exposés au risque de contagion.

Et si une femme fait partie d’un groupe à haut risque, « nous recommandons la vaccination sans arrêter l’allaitement », a-t-il souligné.

Par ailleurs, le groupe d’experts ne recommandent pas pour l’instant la vaccination des voyageurs internationaux, à moins qu’ils ne fassent partie d’un groupe à haut risque.

Enfin, soulignant que les données actuelles montrent qu’une réinfection symptomatique dans les six mois suivant une première infection est rare, ils recommandent aux personnes testées positives au moyen d’un test PCR au cours des six mois précédents de retarder la vaccination jusqu’à la fin de cette période.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres