/news/coronavirus
Navigation

Mises en demeure pour cinq écoles de la communauté juive hassidique

Québec a signifié son désaccord aux établissements qui refusent de fermer

Mises en demeure pour cinq écoles de la communauté juive hassidique
Photo Agence QMI, Maxime Deland

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec a mis en demeure mercredi cinq écoles juives orthodoxes qui contrevenaient aux mesures de la Santé publique en continuant à donner des cours en classe.

• À lire aussi: Les écoles juives orthodoxes encore ouvertes

« En temps de pandémie mondiale, tout le monde doit se conformer aux directives du gouvernement et de la Santé publique », a indiqué mercredi le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge, par l’entremise de son attachée de presse.

Depuis le 17 décembre et jusqu’au 10 janvier, le gouvernement a ordonné la fermeture de toutes les écoles de la province pour limiter la propagation du virus. 

Les écoles primaires rouvriront lundi comme prévu, mais les écoles secondaires devront garder leurs portes closes jusqu’au 18 janvier, a spécifié mercredi le premier ministre Legault en conférence de presse. 

À l’école communautaire juive orthodoxe Belz, des dizaines d’enfants saluaient les passants mardi, depuis leurs salles de classe qui devraient normalement être fermées.
Photo Chantal Poirier
À l’école communautaire juive orthodoxe Belz, des dizaines d’enfants saluaient les passants mardi, depuis leurs salles de classe qui devraient normalement être fermées.

Situation «inacceptable»

Or, comme constaté par Le Journal mardi, plusieurs établissements scolaires de la communauté juive orthodoxe poursuivaient leurs activités sous prétexte qu’ils avaient le droit, dans le quartier d’Outremont.

Néanmoins, le ministre de l’Éducation a demandé mercredi à ce que des mises en demeure soient signifiées dans cinq établissements qui s’obstinent à poursuivre leurs activités, malgré des visites quotidiennes de la part des policiers. Il s’agit de l’école communautaire Belz, l’école Beth Jacob d’Rav Hirschprung, l’école Première Mesifta du Canada, ainsi que les Écoles communautaires Skver et Yeshiva Gedola-Merkaz-Hatorah de Montréal.

« Cette situation est inacceptable. La directive est claire [...] Les établissements qui ne respectent pas les consignes s’exposent à des amendes », avait-il réagi mardi.

« Le devoir » de rester ouvertes 

Si les écoles refusent de collaborer, elles pourraient possiblement faire face à une injonction, c’est-à-dire un ordre du tribunal en attendant qu’une décision soit rendue. 

Mardi, le Conseil des juifs hassidiques du Québec soutenait pour sa part que ces écoles ne contrevenaient pas au décret gouvernemental, puisque les enfants ne peuvent recevoir de cours à distance, n’ayant pas accès à internet chez eux. 

« Nous croyons non seulement être en droit, mais également avoir le devoir de garder nos écoles ouvertes pour le bien des enfants de nos communautés », avait indiqué Max Lieberman, porte-parole du Conseil, à l’Agence QMI.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres