/news/coronavirus
Navigation

Des chirurgies continuellement repoussées au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois en attente d’une chirurgie deviennent de plus en plus inquiets. La pandémie a repoussé plusieurs chirurgies importantes et la situation est loin d’être réglée dans les hôpitaux de la province.  

• À lire aussi: Des discussions qui s'annoncent corsées sur les vaccins

• À lire aussi: COVID-19: 74 décès supplémentaires et 2519 nouveaux cas au Québec

Le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé avait d’ailleurs annoncé, mercredi, que les greffes rénales devraient probablement cesser si le nombre de cas de COVID-19 continue de grimper. 

Le manque de personnel et de lits oblige le système de santé à prendre des décisions extrêmement difficiles. 

«C’est difficile de choisir entre deux patients. On joue à la courte paille», a expliqué la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur, jeudi sur les ondes de TVA Nouvelles.  

Il y a eu énormément d’éclosions dans les importants hôpitaux du Québec et dans les centres de dialyse. S’il faut mettre les greffes rénales sur pause, c’est une très mauvaise nouvelle. On gère ça au quotidien», a-t-elle mentionné.

Seules les chirurgies d’un jour semblent réalisables depuis mars 2020. 

«On essaie de se battre contre le sentiment de colère. Des infirmières ont été dans l’obligation d’annuler leurs vacances. C’est dur pour le moral des troupes.»

Mme Francoeur ajoute que la grande région de Montréal est celle qui est principalement frappée par ce problème. 

«Ce qui est rassurant, c’est qu’on a compris qu’il ne faut pas tout fermer et attendre, car on ne sait pas combien de temps la pandémie va durer. On essaie de faire le maximum d’activités.»

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres