/world/usa
Navigation

«Je ne peux pas rester» : un haut responsable de l'administration Trump démissionne

«Je ne peux pas rester» : un haut responsable de l'administration Trump démissionne
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L'ancien chef de cabinet de Donald Trump Mick Mulvaney a annoncé jeudi démissionner de son poste actuel de diplomate, en protestation contre l'intrusion violente de partisans du président américain au Capitole la veille.

• À lire aussi: Trump admet que son mandat est fini

«Je ne peux pas rester, pas après hier. On ne peut pas voir ce qui s'est passé hier et vouloir en être partie prenante d'une quelconque façon», a-t-il déclaré sur la chaîne CNBC.

  • Écoutez le chroniqueur de politique internationale Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Mick Mulvaney, qui avait quitté son poste de chef de cabinet pour être nommé émissaire des États-Unis en Irlande du Nord, a indiqué avoir informé le secrétaire d'État Mike Pompeo de sa démission.

«Je ne peux pas. Je ne peux pas rester», a-t-il insisté sur CNBC, ajoutant que d'autres employés de l'administration Trump envisageaient de quitter leurs fonctions.

«Ceux qui choisissent de rester, et j'ai parlé à certains d'entre eux, le font parce qu'ils craignent que le président nomme quelqu'un de pire» à leur place, a-t-il encore précisé.

Une foule de partisans de Donald Trump a envahi mercredi le Capitole après avoir été encouragée par le président lui-même à mettre la pression sur les parlementaires américains, alors en séance pour certifier officiellement la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

Les sénateurs et les élus de la Chambre des représentants avaient dû interrompre les débats plusieurs heures et évacuer le Congrès ou se confiner dans les bureaux. Au moins une personne parmi les manifestants est décédée, touchée par un tir de la police du Capitole.

Immédiatement après les violences, mercredi, le conseiller adjoint à la sécurité nationale Matt Pottinger avait démissionné.

La porte-parole de la Première dame Melania Trump, Stephanie Grisham, ancienne porte-parole de la Maison-Blanche, avait aussi présenté sa démission.