/opinion/columnists
Navigation

L’héritage destructeur de Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Les événements qui ont frappé Washington mercredi étaient entièrement prévisibles et sont un présage du funeste héritage que laissera Donald Trump.

En regardant une meute d’hurluberlus envahir le Capitole après s’être fait haranguer par un président déchu qui les appelait à tout faire pour renverser le verdict de l’électorat, je me suis rappelé la formule de l’ex-organisateur républicain Rick Wilson : « Everything Trump touches dies. » 

Trump n’épargne rien ni personne. On n’a pas fini de mesurer l’effet destructeur qu’il aura eu sur la société américaine, sur ses institutions démocratiques et sur le Parti républicain.

Une société déchirée 

On savait que Donald Trump n’accepterait jamais la défaite. On savait que ses partisans inconditionnels seraient à Washington en grand nombre et armés, n’attendant qu’un signal de sa part pour contester violemment la certification de l’élection. 

Cette meute s’est sentie justifiée par les mensonges de Trump. Il est facile de faire le lien entre la harangue de Trump et la violence des manifestants. Certains concluront même que cet épisode justifie sa destitution. On verra.

On s’interrogera aussi longtemps sur le fait que ces manifestants, presque tous blancs, ont été traités par les policiers comme des délinquants mineurs, sachant bien que si cette foule avait été composée de Noirs ou de musulmans, ç’aurait été un carnage.

Une démocratie malade

Juste avant que la meute envahisse le Capitole, des élus républicains cherchaient à faire dérailler la certification des résultats électoraux. 

C’est une quête futile. Toutes les allégations de fraude que Trump s’évertue à colporter ont été démontrées fausses et sans fondement. En convainquant des millions d’Américains que leurs institutions démocratiques sont injustes, Donald Trump a grandement affaibli ces institutions.

Il faudra des années, sinon des décennies, pour que les États-Unis retrouvent la crédibilité qu’ils ont pu avoir pour la promotion des valeurs démocratiques dans le monde. 

Un parti en lambeaux

On a aussi pu constater hier l’étendue des dommages que Donald Trump aura infligés au parti dont il s’est servi pour assouvir son besoin insatiable de reconnaissance et de pouvoir.

Les républicains, grâce à Trump, ont perdu le Sénat. Il est assez clair que le rejet de Trump par l’électorat de Géorgie, suivi de ses déclarations pour délégitimer les institutions électorales de l’État expliquent une bonne partie de cette double défaite.

Pour les républicains, Trump est et restera un fardeau. Sa détermination à continuer d’exploiter la crédulité et les ressentiments de sa base électorale ne pourra mener qu’à une crise ou à une scission du parti.

Trump devrait rendre des comptes pour le gâchis qu’il a provoqué à Washington. Il n’en fera rien. Il continuera à s’enfoncer dans ses illusions de victoire volée et à forcer les républicains à choisir entre les idéaux démocratiques et la loyauté envers un autocrate déjanté. 

En plus d’un parti en lambeaux, il laissera en héritage une démocratie affaiblie et une société divisée. Cette journée, à moins qu’elle ne se prolonge en semaines, restera symbolique de l’effet destructeur de la présidence Trump.