/news/coronavirus
Navigation

Épuisée par la pandémie: une urgentologue s’enlève la vie

Coup d'oeil sur cet article

Le décès d’une urgentologue crée une onde de choc à Granby. Karine Dion s’est enlevé la vie au début du mois. 

• À lire aussi: Suicide d’une médecin : «c’était une grand âme», confie son mari

Mère d’un jeune garçon, la femme de 35 ans pratiquait la médecine depuis 10 ans.

Elle a sauvé beaucoup de vies au fil des ans, mais voilà que la pression exercée par la pandémie de COVID-19 sur son travail d'urgentologue l'a malheureusement poussée à mettre fin à la sienne.

En rendant publics ces événements d'une très grande tristesse, son conjoint, David Daigle, ainsi que la famille de Karine souhaitent sensibiliser les autorités à la détresse actuellement ressentie par bon nombre de travailleurs de la santé.

Cette pression sur le réseau est énorme, confirme le président de l'Association des omnipraticiens d'Yamaska, le Dr Jacques Bergeron.

À la suite d'un premier arrêt de travail, Karine Dion avait repris du service à l'urgence de l'hôpital de Granby l’automne dernier.

Elle aura tout donné pour ses patients au détriment de sa propre santé avant de tomber au combat une deuxième fois.

Épuisement psychologique, sentiment de culpabilité de ne pas être au front avec ses collègues et peur d'être jugée seraient autant de facteurs qui l'auraient amenée à commettre l'irréparable.

Le Dr Bergeron observe un accroissement de la charge mentale et, par le fait même, de la détresse chez le personnel de première ligne.

Il n'y a pas de honte à demander de l'aide, c'est le message que souhaite lancer la famille de Karine.

Besoin d’aide?    

Vous avez besoin d'aide? Vous pouvez communiquer avec la ligne 1 866 APPELLE (1 866 277-3553), qui est accessible 24h sur 24.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres