/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Métier de rêve : promeneur de chiens

Métier de rêve : promeneur de chiens
Courtoisie : Jonathan Héroux / Anne & Arthur

Coup d'oeil sur cet article

Imaginez un instant pouvoir gagner votre vie en vous promenant à l’extérieur avec des chiens tous les jours. On vous entend vous dire «Oh my god, mon rêve». Bien que vivre de sa passion n’est pas toujours la voie la plus payante, elle est extrêmement gratifiante pour Samantha et Jonathan. Portrait de leur profession qui fait des jaloux.

«Honnêtement, c'est la meilleure job au monde», s'exclame Samantha au bout du fil.

Samantha est propriétaire de Soins Mille Pattes, à Montréal. Il y a 8 ans, alors qu’elle se cherchait toujours une vocation, cette amoureuse des animaux a commencé à faire du bénévolat dans un refuge. 

«C'était trop traumatisant de devoir penser à euthanasier des chiens et de voir des animaux dans de tristes états, mais je voulais vraiment aider, alors j'ai trouvé une façon de rendre les animaux heureux.»

Métier de rêve : promeneur de chiens
Courtoisie : Facebook / Soins Mille Pattes

C’est ainsi qu’elle a commencé à offrir ses services pour promener des chiens dans son quartier. Un passe-temps qui s’est transformé en métier. 

«Il y a différents types de promeneurs de chiens : il y a ceux qui peuvent promener sept chiens à la fois et ils marchent dans la rue pratiquement comme une armée, explique-t-elle. Mais ce n'est pas ce que je fais. Je promène un ou deux chiens à la fois et je les amène au parc à chiens pour qu'ils puissent jouer librement et voir leurs amis.»

Métier de rêve : promeneur de chiens
Courtoisie : Jonathan Héroux / Anne & Arthur

Le métier existe aussi en région. Jonathan Héroux est propriétaire d’Anne & Arthur, entreprise fondée en 2016 à Wakefield, en Outaouais.

«J'étais entrepreneur en rénovation de métier et quand j'avais 34 ou 35 ans, j'ai décidé de faire un changement de carrière, raconte Jonathan. Je suis tombé amoureux de mon propre chien et je voulais passer plus de temps avec lui. Je voulais passer plus de temps avec les chiens en général.»

Métier de rêve : promeneur de chiens
Courtoisie : Jonathan Héroux / Anne & Arthur

Contrairement à Samantha, Jonathan doit se déplacer en voiture pour promener les chiens. Son changement de carrière n’a pas été de tout repos. 

«Ça a été très difficile, j'ai commencé avec deux ou trois clients et au début je ne gagnais pas vraiment ma vie, avoue-t-il. La première année, je pense que j'ai fait 15 000$. Il y a beaucoup de distance entre les clients alors c'est beaucoup de promenades individuelles.» 

Combien ça coûte?

Habituellement, le prix pour une promenade oscille entre 12$ et 20$ par bête et dure de 30 à 45 minutes. Même s’il s’agit de l’image popularisée dans les films new-yorkais, rares sont ceux qui se promènent avec sept ou huit chiens à la fois. 

C’est pourquoi les promeneurs de chiens doivent diversifier leur offre. Samantha et Jonathan offrent donc aussi des services de gardiennage et de toilettage. 

Métier de rêve : promeneur de chiens
Courtoisie : Jonathan Héroux / Anne & Arthur

«Ça aide à combler les vides parce que les promenades de chien, ça se passe beaucoup en mi-journée, explique Jonathan. On est habituellement très occupés entre 11h et 15h, mais le gros défi est de remplir le reste du temps. On fait donc du gardiennage, du toilettage et parfois on fait des promenades de groupe et on amène des chiens courir dans un champ sans laisse...»

Même son de cloche du côté de Samantha qui offre le service de gardiennage pour une variété impressionnante d’animaux, à Montréal. Chiens, chats, furets, oiseaux, cette amoureuse des animaux ne dit non à aucune espèce. 

Une année désastreuse

Pour les promeneurs de chien à travers le monde, la pandémie est très difficile au niveau financier. Depuis le mois de mars 2020, la demande est nettement moins forte que par le passé. 

«C’est très peu occupé, parce que tout le monde est à la maison, dit Samantha.»

«En temps de pandémie, ça a été plutôt désastreux pour nous, ajoute Jonathan. Mais normalement, je gagne assez bien ma vie.»

Mais dans les deux cas, le métier de promeneur de chiens semble avoir été le juste choix. 

«C'est plus difficile en hiver en raison de la température et des conditions routières puisque je conduis beaucoup entre les clients, ajoute celui qui opère en Outaouais. Et c'est un job assez physique aussi. Mais travailler avec les chiens, c'est super gratifiant et je ne retournerais pas travailler en rénovation.» 

«Les animaux ne te jugent pas, ils sont toujours heureux de te voir, ils te gardent dans le moment présent dans ce monde fou, affirme Samantha. Les animaux nous apprennent beaucoup sur le bonheur. J’en parle et j'en ai les larmes aux yeux.»

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux