/world/middleeast
Navigation

Premier anniversaire de l’écrasement du vol 752 en Iran

Premier anniversaire de l’écrasement du vol 752 en Iran
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Il y a an, le 8 janvier 2020, le vol 752 de l’Ukraine International Airlines était abattu par l’armée iranienne peu de temps après son décollage de Téhéran, tuant les 176 personnes à bord, dont plusieurs Canadiens. 

• À lire aussi: Avion abattu par l’Iran: les Gardiens de la Révolution incriminent Washington

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a souligné ce triste anniversaire vendredi, en rappelant que 55 citoyens canadiens et 30 résidents permanents ont péri tragiquement quand deux missiles sol-air iraniens ont pris pour cible ce vol commercial.

Parmi les passagers, 138 se rendaient au Canada.

«Aujourd’hui, nous rendons hommage aux disparus et témoignons notre solidarité envers leurs proches», a déclaré M. Trudeau, qui a fait du 8 janvier la Journée nationale de commémoration des victimes de catastrophes aériennes.

Enquête difficile

L’enquête sur le sort du vol 752 se poursuit, mais elle demeure difficile avec les autorités iraniennes.

«Au cours de la dernière année, le Canada a travaillé sans relâche pour obtenir la transparence, la responsabilité et la justice que les victimes et leurs familles méritent, a poursuivi le premier ministre. Dans sa quête acharnée pour trouver la vérité, le Canada n’acceptera rien de moins de la part du régime iranien qu’une explication complète et honnête des circonstances entourant ces événements.»

Ottawa souhaite que «l’Iran rende des comptes, notamment à ce que le pays procure une réparation complète aux victimes du vol PS752 et aux familles endeuillées. Nous nous assurerons également que les responsables soient traduits en justice» a dit le chef libéral.

«Personne ne devrait avoir à vivre les épreuves que ces familles ont connues. C’est pourquoi le Canada travaille avec ses partenaires internationaux, dans le cadre de l’Initiative sur la sécurité aérienne, pour protéger les passagers aériens civils des dangers liés aux vols qui passent dans les zones de conflit ou près de celles-ci», ont dit pour leur part, dans une déclaration commune, le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, et le ministre des Transports, Marc Garneau.

Rappelons par ailleurs que 18 Canadiens sont morts le 10 mars 2019 dans l’écrasement du vol 302 d'Ethiopian Airlines, en raison d’un problème avec l’appareil, un Boeing 737 MAX, six minutes après son décollage de la capitale de l’Éthiopie.

«En 1985, nous avons perdu 280 Canadiens lorsqu'une bombe a explosé durant le vol 182 d'Air India entre Toronto et Londres, en Angleterre. De plus, en 1989, 24 personnes sont décédées dans l'écrasement du vol 1363 d'Air Ontario qui était parti de Dryden pour se rendre à Winnipeg», a aussi énuméré le premier ministre Trudeau.