/news/health
Navigation

Un record d’enfants blessés en luge

Le confinement en pandémie serait l’une des causes

météo Mont-Royal
Photo d’archives, Roxane Trudel Des centaines de personnes ont profité de la belle température du début du mois de janvier pour aller glisser sur une colline du mont Royal, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Les hôpitaux pour enfants de Montréal sonnent l’alarme devant le nombre record d’enfants qui se rendent aux urgences avec des blessures de glisse cet hiver.

« C’est du jamais-vu le nombre de blessures en luge comme ça », s’inquiète la Dre Mélanie Labrosse, responsable de la traumatologie à l’urgence du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine. 

Pas moins de 45 enfants y ont été soignés depuis le 31 décembre à la suite d’accidents liés à la glissade, que ce soit en luge ou en traîneau, surtout dans les parcs de proximité.

Ces trois dernières semaines, le Centre de traumatologie de l’Hôpital de Montréal pour enfants a traité un record de 70 petits patients. C’est déjà le double de la moyenne par année, habituellement de 30 à 35 cas, pour des accidents de luge ou de toboggan.

La Dre Labrosse dresse une longue liste des blessures observées ces derniers jours, comme des commotions cérébrales, des fractures du visage, comme le nez, ou des dents branlantes. Il y a aussi des fractures de la colonne, des bras et des jambes, ainsi que des lacérations aux organes internes.

  • Écoutez l'entrevue de Mélanie Labrosse avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Elle attribue cette hausse des blessures à la pandémie et au confinement, qui ont limité les activités possibles pour les familles. Avec au moins un autre mois à venir, elle appelle les parents à une plus grande prudence pour diminuer ces nombres « alarmants ».

Mettre un casque

« Le casque est fortement recommandé », dit la Dre Labrosse. 

L’Hôpital de Montréal pour enfants souligne que 95 % des blessés ne le portaient pas. 

Près de la moitié des collisions sont survenues avec un obstacle à proximité, comme une clôture, un arbre ou un poteau, par exemple.

D’où l’importance de trouver un endroit sécuritaire pour la glisse et pas trop achalandé, puisque 15 % des blessés sont entrés en collision avec une autre personne.

La pédiatre urgentologue préconise aussi la glisse en position assise et pieds devant pour réduire les risques.

Quelques conseils  

  • Glisser dans des zones sécuritaires : 
  • dépourvues d’obstacles non protégés 
  • loin des rues 
  • avec trajectoires de glisse et de remontée distinctes et bien définies 
  • port du casque d’hiver (ski ou patin) 
  • en position assise, pieds devant 
  • les enfants de moins de 5 ans ne devraient pas glisser seuls  

Source : CHU Sainte-Justine