/world/africa
Navigation

Cameroun: quatre militaires tués par des séparatistes anglophones

Coup d'oeil sur cet article

Quatre militaires et deux civils ont été tués vendredi dans l’ouest du Cameroun dans une nouvelle attaque d’insurgés séparatistes qui combattent l’armée dans les régions peuplées par la minorité anglophone, a affirmé le gouvernement. 

Vendredi à l’aube, des éléments des «bandes armées sécessionnistes» ont attaqué un poste de contrôle militaire à Matazem, à cheval entre la région de l’Ouest, peuplée par la majorité francophone, et le Nord-Ouest, l’une des deux régions anglophones du pays, a assuré dans un communiqué le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, René Emmanuel Sadi.

«Le bilan est de six morts, dont quatre éléments des forces de Défense nationale et deux civils», a-t-il ajouté, sans donner plus de détails sur l’attaque.

Mercredi déjà, à une quarantaine de kilomètres plus au nord, quatre militaires ainsi qu’une fonctionnaire avaient péri dans l’explosion d’une bombe au passage du convoi d’un préfet à Mbengwi, dans le Nord-Ouest, attribuée par Yaoundé aux sécessionnistes anglophones, qu’il qualifie de «terroristes».

Le Nord-Ouest et le Sud-Ouest sont en proie, depuis plus de trois ans, à un sanglant conflit entre des groupes armés anglophones qui réclament l’indépendance des deux régions sous le nom d’Ambazonie et les forces de sécurité dépêchées massivement par Yaoundé pour les réprimer. Une partie de la minorité anglophone s’estime marginalisée au Cameroun, ancienne colonie française peuplée majoritairement de francophones.

Les civils sont fréquemment pris en tenaille et victimes de crimes et d’exactions des deux camps, selon des ONG internationales et l’ONU. Ce conflit a fait plus de 3000 morts et forcé plus de 700 000 personnes à fuir leur domicile. 

Outre leurs attaques visant policiers et soldats, les séparatistes armés, surnommés «Amba Boys», multiplient les enlèvements de civils, notamment d’élèves et de professeurs dans les établissements scolaires qu’ils accusent notamment de perpétuer l’enseignement en français, et assassinent des habitants qu’ils soupçonnent de «collaborer» avec Yaoundé.

De leur côté, les militaires et policiers se livrent fréquemment à des opérations d’intimidation et tuent des civils, volontairement ou dans des bavures, selon les ONG internationales et l’ONU.

Le régime du président Paul Biya, 87 ans, dont 38 au pouvoir, sous intense pression internationale à la suite notamment de massacres de civils par des militaires, a octroyé, à l’issue d’un grand dialogue national en septembre 2019, quelques prérogatives supplémentaires aux deux régions dans le cadre d’une relance de sa politique de décentralisation.

Mais les forces de sécurité ont en même temps intensifié leur lutte contre les séparatistes armés, qui avaient rejeté ces propositions.