/world/europe
Navigation

COVID-19: de mal en pis pour le modèle du Québec

L’Allemagne dépasse le cap des 40 000 victimes de la pandémie

GERMANY-HEALTH-VIRUS
Photo AFP Des policiers surveillent des gens portant le masque qui attendent pour avoir accès à un site de vaccination à Berlin. Jusqu’à présent, près de 320 000 personnes âgées et du personnel de la santé ont été vaccinés.

Coup d'oeil sur cet article

La situation est incontrôlable en Allemagne, pourtant considérée comme un modèle dans la gestion de la pandémie par François Legault, alors que le pays a franchi dimanche le seuil des 40 000 morts et que le pire est à venir d’après la chancelière Angela Merkel.

• À lire aussi: Coronavirus: la Belgique franchit le cap des 20 000 morts

L’Allemagne a enregistré 465 décès de la COVID-19 ces dernières 24 heures, portant le total depuis le début de la pandémie à 40 343, a indiqué l’institut de veille sanitaire Robert Koch (RKI).

Plus de 1,9 million de personnes ont été contaminées jusqu’à présent, avec près de 17 000 nouveaux cas comptabilisés depuis samedi. L’Allemagne, pays le plus peuplé de l’Union européenne avec quelque 83 millions d’habitants, peine à endiguer la pandémie.

Après que le pays ait été une référence lors de la première vague, alors que le pic de cas recensés en une journée était de 6294, la COVID-19 fait maintenant des ravages au pays. Plus de 5000 malades de la COVID-19 se trouvent actuellement en soins intensifs.

« La phase la plus dure »

Pourtant, le premier ministre du Québec, François Legault, a mentionné à plusieurs reprises se baser sur le modèle allemand pour combattre la pandémie. Les mesures annoncées pendant la période des Fêtes ont d’ailleurs été inspirées du pays européen.

Dans un message vidéo diffusé samedi, la chancelière allemande Angela Merkel a soutenu que le pire était même à venir, expliquant que le plein impact de l’intensification des contacts sociaux durant les périodes des Fêtes ne se voyait pas encore dans les statistiques. 

Angela Merkel<br>
<i>Chancelière</i>
Photo AFP
Angela Merkel
Chancelière

Elle a donc averti les Allemands que les semaines à venir constitueraient « la phase la plus dure de la pandémie » à ce jour. 

Confinement prolongé

Le pays vient d’ailleurs de prolonger et renforcer le confinement partiel jusqu’au 31 janvier et incite les citoyens à réduire encore davantage leurs contacts.

Les écoles comme la plupart des magasins non alimentaires, les bars, restaurants, équipements culturels, sportifs et de loisirs sont fermés jusqu’à fin janvier.