/news/coronavirus
Navigation

Couvre-feu au Québec: comme une ville abandonnée

Les rues se sont vidées comme par magie quelques minutes avant l’entrée en vigueur du couvre-feu

GEN-COVID-19-COUVRE-FEU
Photo Agence QMI, Joël Lemay Les policiers étaient bien visibles avec leurs gyrophares allumés sur la rue Wellington, à Montréal, mais ils avaient la rue pour à peu près juste pour eux hier à très exactement 19 h 57, trois minutes avant le début du couvre-feu.

Coup d'oeil sur cet article

Rues désertes, parcs plongés dans le noir, commerces fermés plus tôt et contrôles policiers importants... les municipalités du Québec se sont transformées en villes fantômes pour cette première nuit marquée par l’entrée en vigueur du couvre-feu.

• À lire aussi: Tout un chapelet de villes fantômes

• À lire aussi: Bien peu de cueillettes à l’auto samedi

• À lire aussi: La police de Montréal durcit le ton

• À lire aussi: Couvre-feu: Contester le constat d'infraction «ne sera pas facile»

« On sent que le peu de gens dehors se dépêchait à rentrer avant 20 h. Il y avait une certaine fébrilité. J’étais curieuse de venir voir ça », dit Lucie Gilberte, qui promenait ses deux chiens à Longueuil peu après le début du couvre-feu.

Si l’on pouvait observer des va-et-vient devant les restaurants du Vieux-Longueuil et quelques marcheurs, celles-ci se sont presque instantanément vidées peu avant l’heure fatidique.

Les derniers citoyens encore à l’extérieur se sont rués vers leur résidence.

De leur côté, les propriétaires de chiens étaient moins pressés de rentrer à la maison, puisqu’ils pouvaient promener leur animal, à moins d’un kilomètre de leur domicile, pendant le couvre-feu.

Jusqu’à la dernière minute

Un commis d’un Couche-Tard à Québec a constaté que de nombreux clients se sont rués pour acheter de l’alcool et du tabac quelques minutes avant d’être dans l’illégalité.

Jusqu’à la dernière heure, les restaurants ont préparé des commandes pour emporter, les épiceries ont mis la clé dans la porte à 19 h 30 et les clients et employés sont tranquillement rentrés chez eux.

Sous le coup de 20 h, les voitures de police de partout au Québec ont allumé leurs gyrophares pour annoncer le début de cette mesure d’exception.

Une alerte avait d’abord résonné, à 18 h 30 tapant, sur les cellulaires pour informer la population de l’entrée en vigueur imminente du couvre-feu.

Bouchons inexistants

Sur les routes de la région métropolitaine, il y a eu une baisse d’environ 75 % de la circulation à partir de 20 h, selon les premières observations non scientifiques du ministère des Transports rapportées par la porte-parole Sarah Bensadoun.

Les policiers ont mené des contrôles aléatoires dans l’ensemble de la province à l’occasion de la première nuit de couvre-feu.

Des journalistes et photographes du Journal, qui étaient sur le terrain pour couvrir la soirée, se sont d’ailleurs fait intercepter à Montréal, à Québec et à Sherbrooke. 

Les Québécois se sont montrés plutôt bons élèves en dépit de quelques manifestations contre les mesures qui ont eu lieu dans quelques villes.

Une douzaine de manifestants ont été pris en souricière par les policiers dans le secteur du Vieux-Port, à Québec. 

À Montréal, une cinquantaine de manifestants contre le couvre-feu se sont fait interpeller près du parc Sir-Wilfrid-Laurier dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

Le premier ministre, François Legault, s’est adressé via les réseaux sociaux, hier, à l’ensemble de la nation québécoise pour l’implorer « de faire ce dernier effort ».

Pendant ce temps, le nombre de nouveaux cas de COVID-19 a atteint un record hier, avec plus de 3000 contaminations supplémentaires.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres