/news/coronavirus
Navigation

Dépistage de la COVID-19: 1,3 million de tests rapides inutilisés

«En ce moment, on n’en a pas besoin», dit Christian Dubé

US-URGENT-CARE-CENTER-DEMONSTRATES-RAPID-COVID-19-TESTING-IN-NEW
Photo d’archives AFP Le Québec a reçu trois types de tests de dépistage rapide de la COVID-19, dont la machine ID NOW, de la compagnie Abbott, qui utilise un écouvillon nasal pour détecter les cas aigus.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault n’a pas l’intention d’utiliser à court terme les 1,3 million de tests de dépistage rapide de la COVID-19 que le Québec a reçus.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: COVID-19: une recrudescence des cas à prévoir avec le retour en classe

« En ce moment, on n’en a pas besoin », a précisé lundi le ministre Christian Dubé.

On voit ici des dispositifs de test rapide Panbio, aussi envoyés au Québec.
Photo d’archives, AFP
On voit ici des dispositifs de test rapide Panbio, aussi envoyés au Québec.

Jusqu’à maintenant, seulement 6500 de ces tests qui permettent de détecter le virus en moins de 15 minutes ont été utilisés, principalement dans la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, Montréal et au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Le dépistage se porte bien au Québec et le recours aux tests rapides pour diagnostiquer massivement la COVID-19 dans les écoles et les milieux de travail n’est pas nécessaire à ce stade-ci, a insisté le ministre de la Santé.  

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:  

Même chose pour le test rapide BD Veritor, de l’entreprise BD Diagnostics.
Capture d’écran
Même chose pour le test rapide BD Veritor, de l’entreprise BD Diagnostics.

« On n’en manque pas de tests et, en ce moment, on est capable de répondre rapidement à ceux qui se font tester, ce n’est pas comme au début lorsqu’on avait des enjeux d’échéancier », a-t-il fait valoir, en conférence de presse sur l’état de propagation du virus.

Les appareils de dépistage rapide sont un peu moins sensibles que l’analyse en laboratoire. « On n’ira pas remplacer des tests qui vont bien dans des délais très corrects par des tests qui n’auraient pas la même fiabilité », a renchéri Christian Dubé.   

APPEL À TOUS

Le Journal est à la recherche de témoignages de gens qui ont été porteurs de la COVID-19 sans le savoir et qui ont vu leur entourage tomber malade alors qu’eux-mêmes n’avaient aucun symptôme. Depuis le début de la pandémie, de nombreuses personnes asymptomatiques ont contaminé leur entourage sans le savoir. C’est notamment arrivé dans des CHSLD et des milieux sportifs. Nous aimerions vous entendre si vous avez vécu une telle situation.

Vous pouvez écrire à notre journaliste Simon Baillargeon (simon.baillargeon@quebecormedia.com)

Homologués par Santé Canada

Notons que le Québec a reçu trois types de tests rapides, un test par amplification des acides nucléiques appelé ID NOW et deux tests antigéniques, Panbio et BD Veritor.

Au total, le gouvernement Legault a remisé jusqu’ici plus de 1,3 million de ces tests rapides, pourtant homologués par Santé Canada.

Et ce n’est qu’un début. Une autre cargaison de plus de 1,1 million de ces appareils de dépistage est en route vers le Québec.

Le peu d’empressement du gouvernement caquiste à recourir à ces outils additionnels pour lutter contre la pandémie ne plaît d’ailleurs pas au fédéral.

À l’Assemblée nationale, l’opposition officielle s’interroge sur la stratégie du gouvernement.

Les libéraux demandent que les tests rapides soient utilisés pour dépister les quelque 600 000 enfants du primaire qui sont de retour sur les bancs d’école, de même que pour les travailleurs des secteurs d’activités qui demeurent ouverts.

« Il est irréel de penser que le couvre-feu est l’une des seules solutions pour juguler la transmission de la COVID-19 au Québec », a fait valoir la cheffe du PLQ, Dominique Anglade. 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres