/news/politics
Navigation

Des centaines de milliers d’étrangers sont entrés au Canada, malgré la pandémie

Services frontaliers
Photo Archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les «touristatas» et leurs voyages dans le Sud ont subi les foudres de la population pendant les Fêtes, des centaines de milliers d’étrangers sont entrés au Canada depuis le début de la pandémie. 

Selon des données de l’Agence des services frontaliers compilées par Le Journal, il y a eu environ 700 000 entrées de ressortissants étrangers au Canada du 21 mars au 27 décembre.

Cela représente près de 40% des quelque 1,86 million d’entrées au pays enregistrées pendant cette période.

Comme tous les voyageurs qui arrivent au Canada depuis le printemps, les étrangers doivent se placer en quarantaine pendant 14 jours.

«La majorité d’entre eux s’en vont dans leur famille ou chez des connaissances, et on prend pour acquis qu’ils font leur quarantaine. On prend leur parole. [...] Ils sont supposés être isolés [de toute autre personne] pendant ce temps-là, mais est-ce que ça se fait vraiment? Les gens que je représente ont des doutes là-dessus», affirme Jean-Pierre Fortin, président national du Syndicat des douanes et de l’immigration.

Selon les directives d’Ottawa, un lieu de quarantaine doit disposer d’une chambre séparée, être pourvu en biens de première nécessité pour une durée de deux semaines et n'être ni un appartement «de petite taille» ni une résidence où «vivent de nombreuses personnes ou une famille nombreuse». De plus, une personne en quarantaine doit éviter d’être en «contact étroit» avec des gens qui n’ont pas voyagé.

La semaine dernière, le premier ministre Justin Trudeau a assuré que les fonctionnaires effectuaient 5000 appels par jour, en moyenne, pour faire des suivis sur le respect de la quarantaine.   

  • Écoutez la chronique économique d’Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal, sur QUB radio:    

Règles assouplies

Les visites de ressortissants étrangers au Canada ont augmenté au début de l’été. Le 8 juin, le gouvernement Trudeau a exempté de l’interdiction de voyages non essentiels tous les étrangers dont au moins un membre de la «famille immédiate» habite ici (conjoint, parent ou enfant à charge).

Puis, le 8 octobre, Ottawa a de nouveau assoupli les règles en permettant aux ressortissants étrangers de rendre visite à leurs enfants adultes et à leurs grands-parents vivant au Canada.

Les entrées de ressortissants étrangers ont été particulièrement élevées pendant la dernière semaine d’août, alors que la rentrée scolaire battait son plein, et dans la semaine précédant Noël.

L’arrivée de certains vols en provenance de l’étranger a suscité des attroupements à certains aéroports, relate M. Fortin.

«On m’a envoyé des photos de Toronto où il n’y avait aucune distanciation sociale, dit-il. On y voyait une centaine de personnes à la queue leu leu qui attendaient de parler à un agent d’immigration.»

Ottawa recommande aux Canadiens d’éviter tout voyage non essentiel à l’étranger, mais laisse à chaque voyageur la responsabilité de définir ce que cela signifie précisément.

Soulignons qu’au cours des dernières semaines, deux députés libéraux fédéraux ont perdu leurs fonctions parlementaires après avoir fait des voyages de nature familiale à l’étranger.

Selon le gouvernement, moins de 2% des cas de COVID-19 sont liés à des voyages à l’étranger.