/lifestyle/columnists
Navigation

Faut-il vraiment faire l’éloge des femmes rondes?

Coup d'oeil sur cet article

Je m’adresse à celle qui signait « Une grasse qui s’aime comme ça », en espérant la décider à envisager une autre grille d’analyse concernant son surpoids. Je trouve dangereux le discours actuel qui valorise la diver-sité corporelle, sans prendre en compte les effets néfastes du poids sur la santé en altérant les artères, les articulations, le rythme cardiaque et plus encore. Entre un corps rond et un corps trop rond, il y a une différence.

• À lire aussi: Éloge adressé aux femmes rondes

Tout comme elle, j’ai eu trois grossesses et j’ai fait plein de régimes qui n’ont pas fonctionné. Puis j’ai commencé à marcher et j’ai acheté les DVD de Josée Lavigueur pour les pratiquer dans mon salon. Mon problème ne se résumait pas à mon image. Je voulais pouvoir courir avec mes enfants, les porter sur mes épaules et jouer avec eux à la cachette sans perdre le souffle. J’étais également consciente que je leur servais de modèle et d’inspiration.

Je me sentais également une responsabilité sur la bouffe que je partageais avec mon homme, car l’alimentation est un autre volet essentiel. J’ai acheté et lu une tonne de volumes pour apprendre sur le végétarisme, l’approche méditerranéenne, découvrir de nouvelles stratégies culinaires et trouver de meilleures recettes.

Le rapport à la nourriture est un des plus exigeants puisqu’on consomme 5-6 repas/collations par jour. C’est toujours plus facile d’abdiquer--- que de chercher de meilleurs menus et le bon entraînement pour soi, afin de s’y mettre et persévérer. Car pour réussir, il faut beaucoup de détermination et la capacité d’anticiper les bénéfices éventuels.

J’ai 70 ans, je continue à surveiller mon alimentation, à maintenir mon entraînement pour ainsi pouvoir m’activer avec mes petits trésors sans m’essouffler. Je le redis, ce n’est pas le chemin le plus facile que celui que j’ai pris. Je ne me qualifierais pas comme étant mince, mais comme une femme souple, en santé et appétissante---.

Je me permets de dire à « Grasse qui s’aime ainsi » que je la trouve chanceuse de s’aimer comme elle est. Mais a-t-elle une garantie de ne pas prendre encore plus de poids un jour ? Et qu’adviendra-t-il de sa fille qui copie sa mère ? Je ne la juge pas car je connais le combat qu’elle doit mener. Le combat pour un avenir plus léger où on oublie l’idée de séduire à tout prix, en se concentrant sur le confort anticipé de ne pas supporter 15-25-30 livres inutiles. Je lui suggère donc de l’entreprendre au plus vite.

Une jeune vieille

C’est un fait que l’obésité est un problème majeur pour notre jeunesse et dans la population en général. D’ailleurs, cette femme en était un exemple patent puisque sa fille se dirigeait vers les mêmes problèmes qu’elle. Peut-être ai-je tort, mais personnellement, je répugne à imposer aux autres mon régime de vie quand je sens la vulnérabilité de quelqu’un sur le sujet de son poids. Merci de vous être exprimée aussi franchement. Je suis convaincue que votre message passera mieux que si c’était moi qui l’avais fait puisque je n’ai jamais eu à livrer un pareil combat.