/finance
Navigation

Un sondage souligne la vigueur du marché immobilier malgré la pandémie

Un sondage souligne la vigueur du marché immobilier malgré la pandémie
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

En dépit de la crise sanitaire, les Canadiens continuent de croire en la vigueur du marché immobilier, dont les prix élevés des propriétés poussent les acheteurs potentiels à l’extérieur des grandes régions métropolitaines, selon un récent sondage.

Selon le coup de sonde de la Banque Royale du Canada (RBC), 45% des répondants estiment que le marché immobilier demeurait robuste en décembre.

Malgré l’inquiétude qui a gagné la majorité des gens sondés à propos des répercussions financières de la COVID-19, plus d’un Québécois sur cinq (22%) est d’avis que la pandémie a affaibli la concurrence et facilité l’achat d’une maison.

La majorité des Québécois (58%) pensent que les prix des maisons sont surestimés et que l’accessibilité à la propriété résidentielle va s’aggraver dans un avenir proche.

En revanche, 56% des sondés affirment envisager d’acheter une nouvelle maison avec leur conjoint «un jour ou l’autre». Les maisons individuelles demeurent populaires auprès des Canadiens (51%) et des Québécois (61%), contrairement aux copropriétés (18%).

Le sondage RBC révèle également la propension des Canadiens à opter pour l’extérieur des grands centres urbains.

«La valeur élevée des maisons continue de pousser de nombreux Canadiens à l'extérieur des grands centres urbains, pour des raisons d'accessibilité et d'espace», a indiqué Amit Sahasrabudhe, vice-président, produits et acquisition, financement sur valeur nette immobilière chez RBC, par communiqué, lundi.