/finance
Navigation

Impôts sur la PCU: combien devrez-vous payer?

Coup d'oeil sur cet article

Les Canadiens qui ont bénéficié de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) au cours de l’année 2020 pourraient devoir payer des milliers de dollars en impôts.

• À lire aussi: Les prestataires de la PCU recevront bientôt un document pour leurs impôts

Une mauvaise surprise qui fera peut-être un trou dans le budget de certains qui n’auront pas épargné en vue de leurs impôts. 

Rappelons que la PCU est une prestation imposable, même si le gouvernement de Justin Trudeau n’a déduit aucun montant à la source. 

L’Agence du revenu du Canada a d’ailleurs commencé l’envoi de feuillets T4A. 

Mais combien les prestataires devront-ils payer?

Les sommes à payer varient selon le revenu annuel de la personne. 

Le revenu annuel (excluant la PCU) donne le taux d’impôt marginal qui servira au calcul du montant à payer. 

On multiplie ensuite la somme totale de PCU reçue par le taux d’impôt marginal, ce qui donne le montant en impôt additionnel qui sera payé. 

Par exemple: 

Une personne qui a reçu 12 000$ de PCU pourrait devoir payer 3304$ d’impôts additionnels si elle a un revenu annuel de 25 000$, excluant la PCU, puisque le taux d’impôt marginal est de 27,53% pour ce palier de revenus. 

En revanche, le montant d’impôts additionnels à payer passe à 3904$ si le prestataire qui a reçu 12 000$ de PCU a un revenu annuel de 45 000$, excluant la PCU, puisque le taux d’impôt marginal est de 32,53% pour ce palier.

Pour un revenu annuel excluant la PCU de 70 000$, une personne qui a reçu 12 000$ de PCU devrait payer 4454$ d’impôts additionnels puisque le taux d’impôt marginal pour ce palier est de 37,12%.

Le montant de 12 000$ équivaut à environ 6 mois de prestations. 

Comment payer moins d’impôts?

La meilleure option pour réduire le montant d’impôts à payer est de cotiser à un REER, selon Jean-Sébastien Jutras, directeur du service de la planification financière chez groupe IA.

«Le fait de cotiser à nos REER vient diminuer nos revenus et vient nous donner des économies d’impôt reliées à tout ça», explique-t-il en entrevue à l'émission À vos affaires. 

Ces cotisations pourraient permettre de sauver quelques centaines de dollars. 

«Par exemple, quelqu’un qui fait un revenu de 40 000$ incluant son salaire et sa PCU en 2020 a les 60 premiers jours de l’année pour cotiser à son REER. Donc s’il cotise 1000$, par exemple, il va sauver 275$ d’impôt, donc c’est à ne pas négliger», affirme M. Jutras. 

Ceux qui n’ont pas les liquidités nécessaires pour cotiser à leur REER peuvent «toujours contracter un prêt-REER avec leur institution financière pour pouvoir bénéficier de ça aussi», propose-t-il.