/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Kakeibo : l’art de l’épargne à la japonaise

Kakeibo : l’art de l’épargne à la japonaise
Marilyne Houde

Coup d'oeil sur cet article

Fini les fichiers Excel, les notes à l’ordinateur et les applications. Le kakeibo est un outils budgétaire centenaire qui vise à vous éloigner de la technologie pour vous rapprocher de vos finances. Explications.

Inventé en 1904 par Hani Motoko, première femme journaliste du Japon, «Kakeibo» signifie «livre de comptes ménager» en japonais. Oui oui, un livre. L’écriture manuscrite permet de prendre le temps de mieux réfléchir, d’analyser vos habitudes, en plus de mieux enregistrer vos buts financiers. Vous pouvez le trouver dans les libraires grandes surfaces ou encore sur internet en fichiers PDF imprimables.

Le professeur de finances personnelles et de fiscalité à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Marc Bachand, y voit à une réponse à intéressante aux outils automatisés de finances en vogue. 

«Nous sommes des êtres d’habitudes, donc c’est très intéressant parce que contrairement aux applications et programmes dans lesquels tout est automatisé et intégré, prendre l’habitude de noter peut permettre une meilleure réflexion», explique-t-il. 

Il tient cependant à nuancer : l’écriture manuscrite est intéressante pour la réflexion, mais elle peut s’avérer décourageante. Il pourrait donc être intéressant d’opter pour une combinaison d’outils. 

Si l’écriture ne vous fait pas peur, la philosophie du Kakebo peut vous aider à prendre conscience de votre consommation pour adopter de meilleures habitudes financières. Vous avez tendance à commander de la nourriture quand bon vous semble? Vous commandez en ligne sans compter ? Vous réaliserez rapidement que ce n’est pas sans conséquence pour votre portefeuille.

Le livre propose donc une série de questions à se poser avant de faire vos achats. En voici quelques-unes :

- Est-ce que j’en ai vraiment besoin ? 

- Existe-t-il une alternative moins chère ? 

- Est-ce que je peux le faire moi-même ? 

- Est-ce que je peux me le permettre maintenant ? 

- Est-ce que mon état émotif influence mon achat ? 

Comme les tentations de dépenser sont moindres en confinement et que la vie est au ralentit, c’est le moment idéal pour intégrer ces questions à votre routine. Pensez-y bien : en économisant maintenant, vous pourriez faire des économies qui vous permettront de profiter de la réouverture des bars, restaurants, salles de spectacles ou voyages lorsque la vie reprendra son cours plus tard cette année. (Oui, on est optimistes) 

Comment ça fonctionne ?   

Tout d’abord, il faut établir vos revenus mensuels et vos dépenses fixes comme l’internet, votre loyer et votre téléphone. Les autres dépenses sont classées en 3 catégories : 

- Dépenses de première nécessité (vêtements d’hiver, épicerie, médicaments, produits ménagers, etc.)

- Dépenses optionnelles (livres, vêtement d’extra, sorties, Netflix, alcool, etc.) *

- Extra (dépenses sporadiques comme cadeau d’anniversaire, vacances, etc.)

C’est important de prendre le temps de noter vos dépenses chaque jour pour ne pas perdre le compte et en être pleinement conscient. 

Chaque début de mois, vous devez ensuite :

1. Noter vos projections de revenus.

2. Soustraire vos dépenses fixes.

3. Fixer un objectif d’épargne 

4. Calculer le solde qui reste pour vos dépenses courantes

À la fin du mois, opposez vos dépenses à vos économies et prenez quelques minutes pour analyser tout ça. Avez-vous atteint votre objectif d’épargne ? Sinon, que pourriez-vous modifier pour les atteindre ? Est-ce que certaines catégories de dépenses vous ont donné du fil à retordre ? 

Si vous avez eu de la difficulté, donnez-vous un objectif qui vous donne envie d’épargner pour les mois suivants. Il n’y a rien de plus convaincant que la perspective de se faire plaisir ! 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux