/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Les frais de livraison de nourriture bientôt plafonnés?

Anonimous delivery food service at home. Man courier delivered the order no name bag with food
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Les restaurateurs qui se plaignent des frais de livraison exorbitants que des compagnies comme Uber Eats et DoorDash leur chargent ont trouvé des oreilles sympathiques à la Ville de Montréal. De nombreux élus demandent à Québec de plafonner les frais chargés aux restos. 

• À lire aussi: On l'a testé : les livreurs de nourriture attendent les commandes en se tournant les pouces pendant le couvre-feu

• À lire aussi: La livraison de repas permise pendant le couvre-feu

Il y a quelques jours, la mairesse Valérie Plante a interpellé le gouvernement caquiste sur Twitter pour qu’il limite de façon temporaire les frais des entreprises de livraison.  

[


Rappelons que, pendant le couvre-feu, commander de la nourriture est la seule façon de s’en procurer passé 19h30, puisque les comptoirs pour emporter et les épiceries sont fermés à partir de ce moment-là.

Le parti d’opposition Ensemble Montréal demande pour sa part à Québec de fixer les frais des entreprises de livraison à 15%, soulignant que les temps sont déjà durs pour les restaurants, qui paient parfois jusqu’à 30% du prix de l’addition en frais de livraison. 

Fixer les frais de livraison se fait déjà dans certaines villes. Récemment, le gouvernement ontarien a imposé un plafond de 20% (15% + 5% variable pour les frais administratifs) aux applications de livraison de repas dans des régions ayant un bassin de population élevé comme Toronto, York et Peel. 

La Ville de Montréal ne peut pas légiférer à ce sujet, qui relève du gouvernement de François Legault, mais le chef de l’opposition Lionel Perez souhaite que «Québec se penche sérieusement sur la question» et «regarde les impacts économiques sur l’industrie et s’assure qu’il n’y ait pas d’iniquités». 

La motion présentée par son parti sera débattue au conseil le 25 janvier.

Situation critique  

Plusieurs acteurs du milieu souhaitent des changements rapides. Vendredi, le restaurateur montréalais Emmanuel Darmond a déposé une demande d’action collective pour qu’un plafond soit imposé sur les commissions à payer par les restaurants et que les frais perçus au-delà de 15% soient remboursés.  

L’Association Restauration Québec et Restaurants Canada se sont précédemment positionnés sur cet enjeu et souhaiteraient aussi un meilleur encadrement sur ces frais. Restaurants Canada a affirmé en décembre la fermeture définitive de 10 000 restaurants en 2020. 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux