/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: mesures radicales en Ontario

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir jonglé pendant plusieurs jours avec l'idée d'imposer un couvre-feu comme au Québec, l'Ontario s'est finalement limité, mardi, à demander à ses citoyens de demeurer à la maison en tout temps, sauf pour quelques sorties essentielles.

• À lire aussi: 1934 nouveaux cas et 47 décès de plus au Québec

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Dès jeudi à 0h1, les Ontariens ne pourront plus quitter leur demeure, sauf pour aller à l'épicerie ou à la pharmacie, pour se rendre à un rendez-vous médical ou pour aller marcher. Les travailleurs essentiels pourront aussi, évidemment, continuer à se rendre au travail.

Ce faisant, la population de l'Ontario se retrouve avec une forme de couvre-feu permanent, mais moins contraignant que celui en place de 20h à 5h au Québec. Dans les deux cas, la mesure sera en vigueur pour quatre semaines, dans l'espoir de diminuer les contacts sociaux et, ultimement, la transmission du virus.

Afin d'augmenter ses chances, l'Ontario a aussi décidé de garder fermées ses écoles dans les régions les plus touchées par la pandémie, soit Toronto et sa banlieue (les régions de York et de Peel), Hamilton et Windsor-Essex jusqu'au 10 février. D'ici là, tous les élèves suivront leur cours à distance. Les garderies et les établissements préscolaires sont épargnés par cette mesure.

Ces consignes ont été accompagnées du déclenchement de l'état d'urgence pour une deuxième fois dans la province depuis le début de la pandémie. Le premier, entré en vigueur le 17 mars, était demeuré en place jusqu'au 24 juillet.

«Plusieurs jours sombres s'en viennent, mais nous allons nous en sortir. [...] Les gens de l'Ontario ont déjà traversé pire. Je sais que ce ne sera pas différent cette fois-ci», a commenté le premier ministre Doug Ford, l'air grave, lors d'une conférence de presse.

«Plus que jamais, nous avons besoin – j'ai besoin – que vous fassiez votre part. Restez à la maison, sauvez des vies et aidez à sauver le système de santé, qui est au bord de l'effondrement et sur le point d'être submergé», a poursuivi M. Ford.

Le premier ministre a grandement insisté sur l'importance que chacun fournisse sa part d'efforts pour limiter la propagation de la COVID-19, malgré la fatigue face au virus et aux mesures sanitaires. «De nouvelles données montrent que le tiers des Ontariens ne respectent pas les règles de santé publique. Plusieurs voyagent et se rassemblent», a-t-il déploré en enjoignant, une fois de plus, ses concitoyens à limiter au maximum leur contact sociaux.

Quelques heures auparavant, l'Ontario avait annoncé que des modèles prévoient que jusqu'à 1000 personnes pourraient se retrouver aux soins intensifs au début février, contre 400 actuellement, si rien ne change. La province s'attend aussi à ce que le nombre de décès quotidien double dès la mi-janvier.

Quelques mesures phares annoncées mardi:  

Obligation de demeurer chez soi dès jeudi, sauf pour les sorties essentielles (épicerie, motif médical, travail, exercice).

– Les écoles demeurent fermées jusqu'au 10 février dans les régions de Toronto, de Peel, de York, de Hamilton et de Windsor-Essex.

– Tout employé pouvant travailler de chez lui doit obligatoirement faire du télétravail.

– Des amendes pourront être données à ceux qui contreviennent à l'ordre de demeurer à la maison sans une bonne raison.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres