/sports/hockey/canadien
Navigation

Anderson, le complément

Anderson, le complément
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Nick Suzuki et Jonathan Drouin ont développé une belle complicité lors des dernières séries. Les deux attaquants ont repris sur leur lancée en ce début de saison, mais ils ont maintenant une arme encore plus redoutable sur le flanc droit en Josh Anderson.


« Pour un premier match, c’était excellent. Josh a un gros gabarit, mais il est vraiment rapide. Il complète bien Nick et moi. La constance sera très importante pour nous trois. On se parlait beaucoup sur le banc et sur la glace. On avait des plans lors des mises en jeu. Sur le premier but, on en avait parlé sur le banc. On savait quoi faire. Il faut continuer de jaser. »

– Jonathan Drouin


Tomas Tatar a marqué son premier but de la saison en deuxième période sur une échappée. Alexander Romanov lui a fait une passe parfaite sur ce jeu en supériorité numérique.

« Romanov a très bien joué. Il était acharné et il bougeait bien la rondelle. Il n’y a pas de doute que le jeune est un bon joueur de hockey. C’est dommage que nous n’ayons pas remporté ce match pour les nouveaux. »

– Tomas Tatar


Josh Anderson a terminé le match avec sept tirs, alors que Nick Suzuki a menacé Frederik Andersen a six reprises. Jonathan Drouin, quant à lui, a obtenu un tir. Au total, le trio a fini avec 43,8% des tirs de l’équipe (14 en 32).

« Depuis le début du camp, nous savions que nous étions pour jouer ensemble. Nous avons eu du temps pour construire une cohésion. Drou (Drouin) a beaucoup de talent, il a une bonne vision. Suzy (Suzuki) est un centre complet, il travaille fort et il est intelligent. C’était un pas dans la bonne direction ce match pour notre trio. »

– Josh Anderson


En troisième période, les Maple Leafs ont créé l’égalité après un revirement de Jonathan Drouin. Le numéro 92 a voulu retourner la rondelle derrière le filet de Carey Price, mais il a frappé un arbitre. William Nylander a récupéré la rondelle pour repérer Jimmy Vesey. Et c’était 4 à 4.

« J’ai atteint l’arbitre. Je ne peux pas contrôler ça. »

– Jonathan Drouin

  • Écoutez la chronique sports et société de Jean-François Baril sur QUB radio: