/sports/hockey/canadien
Navigation

Canadien: enfin un bon divertissement

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien quitte Toronto avec un seul point, alors qu’il aurait pu très bien en récolter deux. Malgré la déception, les nombreux partisans assis devant leur écran ont eu de quoi se divertir pendant près de trois heures. Ce n’est pas un luxe par les temps qui courent.

• À lire aussi: Du positif dans la défaite

• À lire aussi: Anderson, le complément

Ce n’était que le premier match de la saison, mais le niveau d’intensité était élevé pour deux équipes, qui n’ont eu droit qu’à un camp d’entraînement écourté et aucun match préparatoire.

Si cette confrontation est le prélude aux neuf autres affrontements prévus entre les Maple Leafs et le Canadien cette saison, il n’y aura pas d’amour perdu.

Sauf que les prochaines fois, le Tricolore devra faire gaffe à ne pas visiter le banc de punitions trop souvent. À tout le moins, éviter de s’y retrouver à deux. Car voilà où le match s’est joué, où le vent a tourné pour les Montréalais, en contrôle de la situation avec une avance de 3 à 1 dans les derniers instants de la deuxième période.

Des punitions successives à Josh Anderson, Nick Suzuki et Shea Weber (les deux dernières écopées à trois secondes d’intervalle) ont donné la chance aux locaux de combler l’écart.

« Quand tu mènes 3 à 1, tu as un bon contrôle du match. Les punitions ont coûté cher. Ça a été le point tournant du match », a analysé Claude Julien.

Dans la bonne direction

Face à la grosse machine offensive des Leafs, l’infériorité numérique du Canadien, qu’on souhaitait voir plus agressive sur le porteur de la rondelle, a plié l’échine deux fois sur quatre.

En revanche, l’attaque massive a livré la marchandise en convertissant deux des trois supériorités numériques qu’elle a obtenues. Et à la première occasion, bien qu’elle n’ait pas été en mesure de déjouer Frederik Andersen, elle a bourdonné rondement.

« On aime la direction que nous prenons. Je crois que nos joueurs sont beaucoup plus confiants et mieux synchronisés, a déclaré l’entraîneur du Canadien. On ne peut s’en plaindre. On peut seulement souhaiter que ça se poursuive. »

Trio du tonnerre

Il n’y a pas que les deux unités d’attaque massive qui ont donné des signes encourageants. Le jeune Alexander Romanov s’est magnifiquement bien débrouillé à son premier match dans la LNH.

Et que dire du trio de Josh Anderson, Nick Suzuki et Jonathan Drouin ? Évidemment, ce n’est qu’un match, mais la complicité qu’ils ont rapidement eu le temps de bâtir à Brossard s’est transposée dans cette rencontre.

« Ces trois-là ont connu un très bon camp. Dès le départ, on a vu qu’ils avaient des affinités. Ce soir, on l’a également vu. J’espère que ce n’est qu’un petit échantillon de ce qui pourrait arriver cette année », a indiqué le Franco-Ontarien, ravi.

Le Tricolore s’envole jeudi pour Edmonton, où il disputera ses deux prochains matchs, samedi et lundi.