/news/health
Navigation

La santé mentale des Canadiens particulièrement mauvaise en début décembre

Santé mentale - Homme triste, dépression
Photo adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

La santé mentale des Canadiens était particulièrement mauvaise au moment d'amorcer le mois de décembre, démontre la plus récente édition de l'Indice de santé mentale développée par la firme Morneau Shepell dévoilé mercredi.  

Selon cet outil, la santé mentale se trouvait à 11,8 points sous le pointage de référence pré-pandémie établi à l'aide de données récoltées de 2017 à 2019. Il s'agit du plus bas niveau enregistré depuis avril, date où l'indice était à 11,7 points sous la référence. 

Le Québec, avec un indice 12 points sous la référence, se trouvait légèrement plus mal en point que la moyenne nationale. C'est toutefois au Manitoba et en Alberta que la santé mentale des citoyens souffrait le plus au moment d'amorcer le mois de décembre. 

Rappelons qu'à cette époque, ces deux provinces des Prairies se trouvaient au cœur d'une deuxième vague particulièrement marquante dans l'Ouest. Les gouvernements du Manitoba et de l'Alberta avaient alors été forcés d'imposer des mesures sanitaires qu'ils avaient pu éviter depuis le début de la pandémie, mesures qui ont d'ailleurs porté fruit et permis de casser la deuxième vague sur leur territoire. 

Outre la deuxième vague, l'approche des Fêtes et tous les questionnements sur les rassemblements pourraient aussi avoir influencé la santé mentale des Canadiens au moment du coup de sonde mené par Morneau Shepell. D'ailleurs, 26 % des répondants à l'étude se disaient plus stressés au début décembre que lors du mois précédent. 

«Compte tenu de l'augmentation récente des cas dans plusieurs régions au pays et des restrictions qui en découlent, la pression continuera à se faire sentir», a avancé Morneau Shepell dans son rapport.