/world/usa
Navigation

Le déficit budgétaire américain à un niveau record entre octobre et décembre

close up of american flag and dollar cash money
Syda Productions - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Washington | La hausse des dépenses publiques liées à la crise de la COVID-19, notamment les allocations versées aux chômeurs, a fait bondir le déficit budgétaire des États-Unis à un niveau record entre octobre et décembre, selon les données publiées mercredi par le Trésor.  

Sur cette période, qui correspond au premier trimestre de l’exercice budgétaire 2021, les finances publiques ont nettement dérapé: le déficit a augmenté de 61% par rapport à la même période l’an passé, pour atteindre 573 milliards de dollars, un montant jamais-vu sur un trimestre.

Les recettes sont certes restées sensiblement identiques, à 803 milliards de dollars, mais les dépenses ont augmenté de 18% à près de 1,4 milliard, un niveau record là aussi.

En données corrigées des variations saisonnières, la hausse du déficit est de 57%, et celle des dépenses est de 17%.

Les dépenses du département du Travail (DoT) ont explosé, à 80 milliards de dollars contre seulement 5 milliards au premier trimestre de l’exercice 2020. Ce bond reflète la forte augmentation de l’enveloppe dédiée aux indemnités versées aux demandeurs d’emplois notamment.

Le Congrès a en effet fin mars adopté un gigantesque plan de relance de 2 200 milliards de dollars pour répondre au ralentissement de l’économie provoqué par les restrictions pour contenir la propagation de la COVID-19.

Dans ce cadre, deux nouveaux programmes fédéraux d’assistance aux chômeurs ont été mis en place, tandis que la durée de versement du chômage a été prolongée et des allocations ont été étendues à des travailleurs qui n’y ont habituellement pas droit.

Le montant des aides alimentaires versées aux Américains a par ailleurs augmenté, comme le reflète la hausse de 37% des dépenses du ministère de l’Agriculture, qui s’établissent à 72 milliards de dollars.

Le dernier paquet d’aides fédérales de 900 milliards de dollars adopté fin décembre n’apparaît pas dans ces comptes, les dépenses ayant commencé en janvier.

Les dépenses du gouvernement fédéral face à la crise provoquée par la COVID-19 avaient poussé, lors de l’exercice 2020, le déficit budgétaire des États-Unis, au niveau record de 3 132 milliards de dollars. C’est plus du double du précédent record, enregistré en 2009, quand, en pleine récession liée à la crise financière, il avait grimpé à 1 400 milliards de dollars.

Seule bonne nouvelle pour les comptes publics et pour les adeptes de l’orthodoxie budgétaire: les taux d’intérêt très bas ont fait baisser le coût de la dette au premier trimestre, à 131 milliards sur le trimestre, soit 28 milliards de moins que l’an passé.