/news/currentevents
Navigation

Une synagogue de Westmount visée par des graffitis haineux

Coup d'oeil sur cet article

Une synagogue de Westmount, sur l'île de Montréal, a été la cible d'un malfaiteur qui a peint sur ses portes des croix gammées avant d'être arrêté par la police, mercredi.

Selon ce qu'a expliqué le rabbin de la congrégation Shaar Hashomayim, Adam Scheier, l'acte antisémite a été commis aux environs de 14 h lorsqu'un homme s'est approché des portes de la synagogue donnant sur le chemin de la Côte-Saint-Antoine et a commencé à y peindre ses graffitis.

Un garde de sécurité présent dans l'édifice, Alex Kuczma, a cependant vu le voyou à l'œuvre grâce à des caméras de surveillance et s'est dépêché d'aller l'arrêter. «Alez a ensuite appelé de l'aide et, en peu de temps, la police est arrivée et a arrêté l'homme», a raconté M. Scheier sur Facebook, en précisant que le malfaiteur avait un bidon d'essence avec lui.

Condamnations

Cet acte antisémite a suscité un tollé sur la toile, attirant jusqu'à la condamnation du premier ministre François Legault qui a qualifié le geste d'«inacceptable, qu’il faut dénoncer haut et fort», sur son compte Twitter.

Le premier ministre Justin Trudeau, pour sa part, a jugé le geste «absolument odieux».

«Je condamne fermement ce geste ignoble et je suis solidaire de la congrégation @ShaarHashomayim, du rabbin @AdamScheier et des Canadiens juifs de partout au pays. Nous devons dénoncer la haine antisémite, peu importe où et quand elle se produit», a-t-il écrit sur Twitter.

Certains de ses ministres, incluant Marc Garneau et Marc Miller, ont tenu ses propos similaires.

La communauté juive a dénoncé, de son côté, une attaque qui «vise l'ensemble de la communauté et tous ceux qui adhèrent aux principes de civilité et de tolérance», a indiqué Reuben Poupko, coprésident du Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) Québec.

Ce dernier réclame que les gouvernements et les géants des technologies de l'information fassent plus d'efforts pour lutter contre les messages haineux véhiculés sur les réseaux sociaux.

«Après d'autres violentes attaques antisémites, cet incident nous rappelle le rôle dangereux que les médias sociaux continuent de jouer dans la propagation de la haine et la provocation de la violence. La communauté juive appelle le gouvernement et les médias sociaux à redoubler leurs efforts pour surveiller et freiner cette propagation de l'antisémitisme et du sectarisme en ligne», a plaidé M. Poupko.