/news/currentevents
Navigation

Virée meurtrière à Trois-Rivières: deux complices écopent de travaux communautaires

Virée meurtrière à Trois-Rivières: deux complices écopent de travaux communautaires
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

« Vous n'avez aucune marge de manœuvre», a lancé le juge François Huot, en condamnant une des deux femmes qui ont reconnu avoir été complices de deux meurtres, lors de la cavale meurtrière d'octobre 2018 à Trois-Rivières qui aurait été pilotée par René Kègle. 

Noémie Morin et Shanny Haley, âgées de 26 et de 24 ans, écopent d'une peine de 240 heures de travaux communautaires et d'une probation de trois ans. Concrètement, elles devront avoir une conduite irréprochable pendant les trois prochaines années, sinon, elles risquent de se retrouver derrière les barreaux.

Les autres chefs d'accusation ont été abandonnés.

« Vous avez une épée de Damoclès au-dessus de la tête», a mentionné le juge Huot, en condamnant Shanny Haley, réticent à entériner cette suggestion commune des avocats.

Octobre 2018

Le 10 octobre 2018, la découverte du corps d'Ophélie Martin-Cyr, 19 ans, dans un champ de Yamachiche sème l'émoi. Un peu plus tard dans la journée, les pompiers sont appelés à 30 kilomètres de là, pour un véhicule en flammes sur le chemin Bradley, à Trois-Rivières.

Deux dépouilles calcinées sont à l'intérieur. Celle de l'entrepreneur Steve Lamy et celle, démembrée, de Jean-Christophe Gilbert.

Le point central: René Kègle, aujourd'hui accusé de meurtre dans les trois dossiers.

Francis Martel est aussi arrêté pour le meurtre d'Ophélie Martin-Cyr.

Mauricio Peralta Severino, Gilles Guilbault, Shanny Haley et Noémie Morin se font mettre la main au collet dans les semaines qui suivent.

Ces deux dernières, aujourd'hui âgées de 24 et de 26 ans, ont toutes deux plaidé coupables lundi à un chef de complicité après les meurtres. Noémie Morin pour la mort de Steve Lamy, Shanny Haley pour celle de Jean-Christophe Gilbert.

Une ordonnance de non-publication empêche de divulguer les faits qui ont mené à une telle peine, pour ne pas contaminer d'éventuels jurés dans les procès à venir pour René Kègle.

Toutefois, la sœur de la victime Steve Lamy, a pris la défense de Noémie Morin.

« Je n'aurais pas aimé ça être à sa place, connaissant très bien René Kègle. J'aurais pu passer par là», a souligné Joëlle Lamy au juge.

Noémie Morin s'est adressée au juge, la voix nouée par les sanglots.

« J'aurais aimé ça être plus courageuse », a-t-elle laissé tomber, la gorge nouée.

La procureure de la Couronne, Me Valérie Michaud, invite le public à la patience avant de juger de cette peine.

«Je pense que quand les faits vont être publiés, la suggestion va être comprise par la majorité des gens. Ces deux dames-là ne sont pas les auteures du meurtre. Elles ont été un peu mises devant le fait accompli, et elles ont fait des mauvais choix », a résumé la procureure.

Détenu, René Kègle pourrait faire face à la justice pour les meurtres d'Ophélie Martin-Cyr, de Jean-Christophe Gilbert et de Steve Lamy d'ici la fin de l’année.