/finance/business
Navigation

Dollarama ne digère pas les propos du ministre du Travail

La chaîne Dollarama «s’expose à une ordonnance de fermeture», selon Québec

Dollarama
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La haute direction de la bannière québécoise de magasins à un dollar Dollarama ne digère pas les propos du ministre du Travail Jean Boulet, qui l’a ciblée hier en ondes par surprise pour le non-respect des règles sanitaires.

• À lire aussi: Mesures sanitaires: la chaîne Dollarama «s’expose à une ordonnance de fermeture»

«Nous sommes très surpris et très déçus d’être visés de cette façon, surtout dans un contexte où nous sommes en communication régulière avec la CNESST et qu’à aucun moment au cours des dernières semaines ces préoccupations et même l’existence de ces constats d’infraction n’ont été portées à notre attention», a soutenu au Journal, dans une déclaration écrite, Lyla Radmanovich, porte-parole de Dollarama. 

Vendredi matin, la bannière a souligné qu’elle était disponible en tout temps et qu’elle est même prête à discuter avec la CNESST et avec le ministre du Travail. 

Dollarama a insisté pour dire qu’elle avait mis en œuvre des protocoles COVID-19 avec la Santé publique dans ses 360 magasins qui emploient quelque 5000 personnes. 

«Consignes sanitaires violées»

Jeudi, le ministre n’est pas allé avec le dos de la cuillère à l’endroit de Dollarama en entrevue à l’émission À vos affaires sur les ondes de LCN. 

Le ministre du Travail Jean Boulet a affirmé que la bannière québécoise ne respectait carrément pas les règles depuis le début de la pandémie. 

Il a précisé que 11 constats d’infraction ont été remis à neuf succursales de la chaîne et que 124 avis de correction ont été donnés dans des magasins de la bannière par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). 

«C’est un problème récidivant. Au départ, on faisait énormément de pédagogie et de sensibilisation, mais après ça, on constatait qu’il n’y avait pas de respect du port du masque, pas de respect de la distanciation de deux mètres, à peu près toutes les consignes sanitaires étaient violées», a-t-il affirmé. 

Le ministre Jean Boulet est même allé jusqu’à lancer un message aux consommateurs. 

«Je ne veux pas guider les consommateurs. Ils doivent se rendre compte de ce qui se passe chez Dollarama. Quand on décide d’acheter, c’est important d’aller dans un environnement qui est sécuritaire. Et actuellement, ce que nous avons constaté, c’est qu’on n’écoute pas dans les Dollarama.» 

- Avec la collaboration de l’Agence QMI